Alliance à droite , alliance au centre quelle stratégie mise en place par les leaders

libéraux du PLD à Liberté chérie?

Les ralliements d’anciens ministres de droite et de centre droit essentiellement arrivent en nombre chez le candidat du MoDem qui a moins de succès à gauche

Troisième homme de la présidentielle en 2007 avec plus de 18 % des suffrages au premier tour, François Bayrou pourrait-il être seul rescapé face à Marine Le Pen, le 22 avril au soir, après l’inimaginable naufrage du PS et de l’UMP ? On savait le Béarnais constant, obstiné et batailleur, on ne le savait pas rêveur. Il n’est cependant pas seul à faire le songe d’un 22 avril sens dessus dessous qu’aucun institut de sondage n’a, pour l’instant, pressenti. S’il n’engrange « pas plus » de 13 à 15 % d’intentions de votes pour le moment, le quatrième homme des enquêtes d’opinion engrange, en revanche, des soutiens et des ralliements qui pourraient peser dans les prochaines semaines. « Et ce n’est pas fini », insiste Jean-Luc Bennahmias, vice-président du MoDem.

Il séduit et inquiète

Parmi les ralliements emblématiques qui n’étaient pas dans la proximité de François Bayrou, sont apparus l’ancienne secrétaire d’État au Commerce extérieur, Anne-Marie Idrac ; l’ancien ministre du Budget, Alain Lambert ; l’ancienne secrétaire d’État aux Affaires sociales Dominique Versini, et l’ancien proche de Dominique de Villepin, Daniel Garrigue.

D’après CY