dsk_opt

L’affaire Dominique Strauss-Kahn (abrégée en affaire DSK) ou affaire du Sofitel de New York est une affaire judiciaire de droit commun consécutive aux accusations d’agression sexuelle, de tentative de viol et de séquestration, portées par Nafissatou Diallo contre Dominique Strauss-Kahn. Elle affirme qu’il a commis ces actes le 14 mai 2011, dans la suite 2806 de l’hôtel Sofitel de New York, où elle est employée comme femme de chambre depuis 2008.

Compte tenu de la gravité des actes invoqués, la juridiction de l’État de New York procède à la mise en détention provisoire de Dominique Strauss-Kahn et engage une procédure pénale. Celui-ci nie les accusations et fait savoir qu’il plaidera « non coupable ».

Son arrestation connaît un retentissement international, entraîne sa démission du poste de directeur général du Fonds monétaire international (FMI) et l’empêche de se présenter à l’élection primaire, organisée les 9 et 16 octobre 2011 par le Parti socialiste et le Parti radical de gauche, afin de désigner leur candidat commun à l’élection présidentielle française de 2012, alors qu’il était pressenti comme favori à ces deux élections1.

Le 19 mai 2011, un grand jury l’inculpe ; le lendemain, il est transféré de la prison de Rikers Island à un appartement de New York pour y être placé en résidence surveillée. Le 6 juin 2011, il plaide « non coupable », ce qui ouvre la voie à un procès pénal. Il est libéré sur parole lors de l’audience du 1er juillet 2011, le procureur ayant mis en doute la crédibilité de la plaignante. Les charges pesant sur Dominique Strauss-Kahn sont officiellement abandonnées le 23 août 2011, ce qui met un terme à la partie pénale de l’affaire. Deux plaintes sont déposées devant un tribunal civil par Nafissatou Diallo et par Dominique Strauss-Kahn. Le 10 décembre 2012, une transaction intervient entre les deux parties et clôt définitivement l’affaire du Sofitel de New York.

Z.Anne