impulse_opt

  • 6 juillet 2013 : Solar Impulse (HB-SIA) réalise la dernière étape de la traversée des États-Unis d’Ouest en Est, Washington – New York. C’est aussi le dernier vol de Solar impulse 1 (HB-SIA), qui est mis à la retraite à partir de ce jour-là ; il sera démonté et rapatrié par avion cargo en Suisse à Dubendorf. Solar Impulse (HB-SIA) a ainsi plus de 400 heures de vol à son actif.
  • 2013 : André Borschberg, le pilote de Solar Impulse, s’est abîmé sur le glacier du Brenay (en) à Arolla, dans le Val d’Hérens (Valais, Suisse), le 8 décembre 2013, alors qu’il pilotait son hélicoptère Robinson R44. Il s’en sort miraculeusement indemne6.
  • 2014 : le premier avion Solar Impulse (HB-SIA) est mis en vente, le Musée des Sciences de Paris sera sa destination finale courant 2015.
  • 8 février 2014 : Solar Impulse 2 (HB-SIB) est livré en pièces détachées par camion à l’aérodrome de Payerne ; le premier convoi arrive à 16 h dans le hangar.
  • 9 avril 2014 : la présentation officielle du second prototype Solar Impulse 2 (HB-
  • 3 mai 2013 : Bertrand Piccard accomplit la première étape de la mission Across America, un vol de dix-huit heures de San Francisco à Phoenix.
  • SIB) a lieu à l’aérodrome militaire de Payerne en Suisse.
  • 2 juin 2014 : Solar Impulse 2 réalise son premier vol d’essai sur la base militaire de Payerne en Suisse ; au pilotage se trouve Markus Scherdel, pilote d’essai allemand, qui a réalisé les premiers vols de Solar Impulse 1 (HB-SIA).
  • 1er novembre 2014 : Solar Impulse 2 décolle à 16 h 11 après avoir attendu que la brume sur la plaine de la Broye se dissipe. Bertrand Piccard est aux commandes pour la seconde fois ; une heure plus tard c’est le retour car la brume se réinstalle sur la base aérienne de Payerne. Une vingtaine de personnes sont présentes sur le monticule qui jouxte la piste[réf. nécessaire].
  • 9 mars/juillet 2015 : tentative de tour du monde en plusieurs étapes ; Abou Dabi est la ville de départ et d’arrivée prévue de Solar Impulse 27. L’avion, piloté par les deux fondateurs de la société, les Suisses Bertrand Piccard et André Borschberg, devrait effectuer le trajet en 5 mois environ dont 25 jours de vol effectif.
  • 3 juillet 2015 : Sa mission a été interrompue à cause d’une panne sur ses batteries8.
  • 21 avril 2016 : Après avoir été immobilisé pendant huit mois à Hawaï9, l’avion reprend son tour du monde pour rallier la côte Ouest des États-Unis10.
  • 24 avril 2016 : Solar Impulse 2 a bouclé la traversée du Pacifique et s’est posé sur la base aérienne de Moffett, au sud de San Francisco, en Californie juste avant minuit, heure locale (07h00 GMT), trois jours après son décollage jeudi d’Hawaï.
  • 3 mai 2016 : Solar Impulse 2 a réalisé sa première étape américaine.
  • 23 juin 2016 : Au terme d’un périple de 6 272 kilomètres au-dessus de l’océan Atlantique, l’avion Solar Impulse 2 a atterri jeudi 23 juin à Séville, dans le sud de l’Espagne11.
  • Du 11 au 13 juillet, André Borschberg vole de Séville au Caire, en survolant les Pyramides avant d’atterrir.
  • Le 24 juillet, Bertrand Piccard décolle du Caire pour la dernière étape. Il atterrit à Abou Dhabi le 26 juillet vers 0 h UTC (4 h à Abou Dhabi), achevant ainsi le premier tour du Monde en avion propulsé uniquement par l’énergie solaire.Solar Impulse est un projet d’avion solaire entrepris à l’initiative des Suisses Bertrand Piccard et André Borschberg, à l’École polytechnique fédérale de Lausanne. Les deux pilotes en assurent le développement depuis 20031. Le projet vise à construire puis à faire voler de nuit comme de jour, sans carburant ni émission polluante pendant le vol, un avion monoplace à moteurs électriques alimentés uniquement par l’énergie solaire, jusqu’à effectuer un tour du monde
    • 1999 : premières réflexions de Bertrand Piccard sur le projet.
    • 2003 : rencontre avec André Borschberg, le pilote, et Eric Freymond, directeur de Semper Gestion (en) et premier investisseur du projet ; étude de faisabilité à l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et annonce du défi, soit le tour du Monde à l’énergie solaire en 2009.
    • 2004-2006 : développement du concept.
    • 2007-2008 : conception et fabrication du prototype immatriculé HB-SIA (Hotel Bravo Sierra India Alpha, HB faisant référence au préfixe d’immatriculation aéronautique de la Suisse, et les lettres SI correspondent à l’abréviation de Solar Impulse).
    • 2009-2010 : présentation du premier avion HB-SIA le 26 juin 2009. Premier vol d’essai de 87 min le 7 avril 2010 à 10 h 27 à l’aérodrome militaire de Payerne.
    • du 7 au 8 juillet 2010 : premier vol de 26 heures et 9 minutes sans interruption (vitesse moyenne de 23 nœuds, altitude maximum 28 000 pieds), incluant une nuit entière3.
    • 13 mai 2011 : premier vol international du HB-SIA entre l’aérodrome militaire de Payerne (Suisse) et l’aéroport de Bruxelles (Belgique). Piloté par André Borschberg, l’avion a parcouru 630 km durant 13 heures, à la vitesse moyenne d’environ 50 km/h et à une altitude d’environ 12 000 pieds4.
    • 14 juin 2011 : invité au Salon international de l’aéronautique et de l’espace de Paris-Le Bourget, Solar Impulse a rejoint l’aéroport Paris-Le Bourget, en ayant au préalable chargé ses batteries avec le courant industriel belge. Piloté par André Borschberg, l’avion a décollé de Bruxelles à 5 h 05. Après 16 h 5 min de vol, l’avion a atterri à l’aéroport du Bourget à 21 h 15.
    • 2012-2013 : construction du deuxième avion immatriculé HB-SIB (Hotel Bravo Sierra India Bravo).
    • Du 21 au 24 février 2012, André Borschberg effectue un vol de 72 heures dans un simulateur grandeur nature pour préparer le tour du monde de 20155.
    • 25 mai 2012 : André Borschberg, à bord de l’avion HB-SIA, relie Payerne à Madrid-Barajas en 17 h 3 min.
    • 5 juin 2012 : Bertrand Piccard poursuit vers Rabat, où il atterrit sur l’aéroport de Rabat-Salé après 18 h 30 min de vol.
    • 21 juin 2012 : Après un premier essai (13 juin 2012), André Borschberg a finalement rallié la destination finale de cette mission, l’aéroport de Ouarzazate, où a été inaugurée la centrale solaire Noor développée par l’Agence marocaine de l’énergie solaire (MASEN).