Dans un entretien accordé à notre confrère Enquête & Débat, l’activiste musulman Omar Djellil justifie sa démission de l’association Alliance République éthique (ARE) co-fondée avec Stéphane Durbec en ces termes : « mon départ de l’ARE a été motivé par le fait que je ne souhaitais pas que cette structure devienne, sur le long terme, un outil pour une ambition politique personnelle, la mienne ou celle de Stéphane. Stéphane aspire à se présenter à des échéances électorales dont celle de la présidence de la république en 2017, impliquant forcément de fait la participation de l’ARE à ce projet. »

Contacté par Nouvelles de France, Stéphane Durbec ne dément rien. Au contraire : « briguer le mandat de Président de la République demande une importante étape de réflexion afin de mesurer ses compétences et le temps dont on dispose ». Selon le conseiller régional FN de Provence-Alpes-Côte d’Azur, une telle ambition requiert d’« être en adéquation avec son temps et ses compatriotes ». Une démarche « pour la défense du bien commun et des valeurs de la France » que Stéphane Durbec oppose à « celle du candidat communautariste et racialiste Stéphane Lozes ». « Un Président de la République doit représenter le peuple dans son intégralité ». « La plus grande France » ? « Aujourd’hui, plus personne ne l’incarne »

Source:http://www.ndf.fr/nos-breves/16-11-2011/stephane-durbec-candidat-liberal-conservateur-a-lelection-presidentielle-de-2017