Début décembre, l’association Kiosque Infos Sida, censée lutter contre le Sida,  a distribué de drôles de tracts au étudiants. Intitulés « Tu suces ? », ces précis sur la fellation ont été imprimés avec l’argent du contribuable, puisque l’association est grassement rémunérée par l’état pour déverser sa propagande (officiellement pour combattre le Sida) !

Ces tracts obscènes ont donc été distribués en décembre dernier, devant la faculté Paris III-Sorbonne-Nouvelle.

Sur ces brochures, ont voit bien que l’objectif de l’organisme n’est pas de lutter contre le VIH, mais de transmettre une idéologie hédoniste décadente et homosexualiste (entre « hommes qui aiment les hommes ») aux jeunes.

Une partie de ces brochures intitulée « Pipe Profiler » est un quizz qui permettra au lecteur de « découvrir quel suceur/sucé il est ». Quant à la rubrique « Sex Anatomy », elle permet d’apprendre à « jouer dans son coin, à deux ou à plus ». On le voit bien (les tracts sont reproduits ci-dessous) le seul objectif de ces malades et de pousser les jeunes à avoir une sexualité la plus exacerbée possible, en prenant modèle sur le cinéma phonographique et sur la culture gay. Les jouisseurs soixante-huitard du lobby homo ne semblent pas très loin de la conception de ces prospectus abjects. Mais le pire est ailleurs.

En effet, sur les tracts, on peut lire « réalisé avec le soutien de l’Inpes ». Or, comme nous l’expliquent les journalistes de Contribuables, « l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé, est un établissement public administratif, en clair une administration, financée par le ministère de la Santé et l’Assurance-maladie. Son budget, 95 millions d’euros en 2013, lui permet de subventionner à hauteur d’une dizaine de millions d’euros par an des associations comme le Kiosque. Ce dernier, en 2013, a reçu 76 775 euros de l’Inpes ». Et le site d’information de préciser qu’en retour, les cotisations de 2013 du Kiosque s’élèvent à 30 euros  !!! Et ce n’est pas tout puisque l’association a également bénéficié de subventions de la part la Caisse primaire d’assurance-maladie (CPAM) et de la Mairie de Paris (pas étonnant)…

Tous ces grands malades semblent d’ailleurs surtout s’intéresser à cet argent public puisque l’activité du Kiosque est quasiment nulle : une seule action récente a été identifiée, il s’agissait d’une « action de prévention » dans une boite homo parisienne, où il était en fait surtout question de « réussir ses premières fois ».

Ainsi ces dépliants distribués le mois dernier ont été imprimés en 2013, pour une campagne qui date de 2012… Cette association grassement subventionnée, qui prétend lutter contre le VIH est en fait un énième nid à copains socialistes dont l’unique préoccupation est de bien sucer…