Conference about frontalier work

Déclaration commune du Président du PE, Antonio Tajani, et de Nathalie Griesbeck, présidente de la commission spéciale sur le terrorisme, rendant hommage aux victimes et à leurs proches.

Le Président Antonio Tajani a déclaré en ce jour anniversaire des attentats de Bruxelles et de Londres (respectivement le 22 mars 2016 et le 22 mars 2017): ‘‘Le terrorisme est une injure à nos principes fondamentaux. Défendre les victimes du terrorisme et leur rendre hommage, c’est défendre nos valeurs. Au nom de toutes les victimes du terrorisme, nous avons le devoir de vérifier si nos instruments sont adéquats, ou si davantage peut être fait. Une directive sur les droits des victimes a été adoptée en 2012. Mais la transposition de cette directive doit être évaluée. Ses dispositions ne sont pas appliquées partout de la même manière.’’

‘‘Il y a un an, le Parlement a renforcé les droits des victimes en prévoyant une aide immédiate, notamment dans les cas de ‘‘victimes transfrontalières’’. Londres, Paris, Bruxelles, Berlin, Nice, Stockholm, Barcelone: ces villes qui accueillent de nombreux touristes et expatriés ont été la cible d’attentats. Nous devons nous assurer que les victimes ne sont pas exposées à un traumatisme supplémentaire lors de l’accès à une aide sur le territoire où l’acte a été commis. La création de la commission spéciale sur le terrorisme démontre l’importance que nous accordons à la sécurité des citoyens. Grâce à ses travaux, le Parlement pourra améliorer les politiques antiterroristes de l’Union’’, a ajouté le Président Tajani.

La présidente de la commission spéciale du PE sur le terrorismeNathalie Griesbeck(ADLE, FR), a déclaré lors de l’ouverture de l’audition publique sur la protection des droits des victimes: ‘‘Aujourd’hui, mes pensées et ma sympathie vont aux victimes et à leur famille. Je salue également le travail mené par les associations, qui est exemplaire. Un attentat représente une rupture fondamentale dans la confiance des victimes dans la société. Outre nos obligations légales et morales envers les victimes du terrorisme, nous devons assumer nos responsabilités envers elles afin de ne pas les enfermer dans ce statut et de démontrer la force et la résilience de nos sociétés face à l’obscurantisme. Les États Membres doivent mettre en place les structures nécessaires pour une assistance et une prise en charge des victimes qui prennent en compte leurs besoins avec célérité et humanité.’’

La commission spéciale sur le terrorisme a respecté une minute de silence devant des représentants des victimes qui ont participé hier et aujourd’hui à une série de débats publics organisés et promus par le Parlement européen.