La gauche et les médias traitaient Nicolas Sarkozy de caniche des Américains pour son intervention en Libye, et ils ont soudainement des troubles de la digestion quand François Hollande décide d’obéir aux Américains en Syrie.

Ce cirque de la manipulation des infos ne s’arrêtera que lorsque les Droites reprendront pied dans les médias. Pas avant. D’ici là, arrêtons de pleurnicher. Que la jeunesse se mobilise contre les gauchistes et fasse de (brillantes) études de journalisme, au besoin qu’ils mentent sur leurs choix politiques afin d’infiltrer massivement les médias – comme l’ont fait avant eux les héritiers de Trotsky, et internet fera le reste.

Sur Fox News, Jim Pinkerton se plaint des mêmes déviations, et critique les médias pour leur « oubli » quasi systématique de l’appartenance au parti Démocrate des personnalités impliquées dans des scandales, alors que, dans le cas inverse, si un Républicain se retrouve à la une des faits divers, sa couleur politique est systématiquement mise en avant, martelée à l’envie.

En France, Manuel Valls ne fait pas autrement, lorsque aux universités d’Eté du PS, il affirme vouloir lutter contre le « danger » de l’extrême droite, alors que la violence et le rejet démocratique démocratique collent tout autant aux basquettes des groupuscules d’extrême gauche dont il veut ignorer jusqu’à l’existence.

« Aux yeux des médias, à quel moment un démocrate n’est il plus un démocrate ? Lorsqu’il est impliqué dans un scandale », explique Pinkerton à Jonathan Hunt de Fox News.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info