vallery_opt

Le nom de SaintValery-en-Caux apparaît pour la première fois dans un document datant de 990, selon la charte dans laquelle Richard Ier, Duc de Normandie, octroie une partie de ses biens personnels à l’abbaye de Fécamp. Cette charte a aujourd’hui disparu, mais une copie du XIIe siècle est actuellement conservée à la bibliothèque municipale de Rouen. Cette citation confirme l’existence de la ville à la fin du Xe siècle, mais le mystère demeure sur l’époque à laquelle lui fut donné ce nom. La légende de la création de la ville dit qu’elle aurait été fondée au VIIe siècle lorsque l’évangélisation des campagnes se développe sous l’impulsion des rois Francs. Ainsi, Walaric fondateur du monastère de Leuconaüs (SaintValery-sur-Somme), fut appelé « l’apôtre des falaises » en portant la bonne parole sur tout le littoral. Selon la même légende, il aurait fondé un prieuré au fond de la vallée de Néville, là-même où sera plus tard construite l’église de SaintValery-en-Caux. La population des alentours se fixa autour de ce prieuré afin de suivre la pratique du culte, donnant ainsi naissance à la ville.

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement le nom de Port-le-Pelletier
Le 17 janvier 1945, à la suite d’une panne du système de freinage, un train transportant des soldats de l’armée américaine ne parvient pas à s’arrêter et traverse la gare terminale de SaintValery. Le bilan est lourd : 89 soldats américains sont tués et 152 sont blessés