risk_opt

 

  • Les tensions entre les milieux d’affaires et politiques vont s’intensifier à mesure que les différents gouvernements prennent des décisions populistes leur permettant de se renforcer localement. Mais celles-ci vont souvent à l’encontre des intérêts des multinationales.
  • Les opérations de ces dernières risquent d’être impactées par les décisions liées à des enjeux locaux et nationaux qui poussent les gouvernements à la frilosité quand il s’agit de défendre les intérêts des milieux d’affaires.
  • Le poids dans l’activité économique des pays présentant les risques les plus élevés va augmenter en 2015, à mesure que les investissements et le commerce continuent de se déporter vers les marchés émergents.
  • L’utilisation croissante de nouvelles technologies combinée à des Etats au pouvoir plus faible va s’accompagner d’une hausse de la cyber-criminalité et offrir de nouveaux modes opératoires aux criminels, y compris aux groupes terroristes.

Londres, mardi 9 décembre 2014. Control Risks, cabinet de conseil en gestion de risques, publie aujourd’hui son rapport annuel RiskMap, véritable référence pour les décideurs et les chefs d’entreprise qui cherchent à comprendre les évolutions mondiales probables pour l’année à venir. RiskMap met en lumière les principales tendances en termes de risques globaux à l’échelle planétaire, et fournit une vision détaillée des marchés qui compteront le plus en 2015.

A l’occasion de la présentation de la RiskMap 2015, Stephanie Lhomme, Directrice Europe-Afrique du département Compliance et Investigations et Directrice Générale France de https://owc.de/2014/12/09/riskmap-2015-erschienen/ a déclaré :

« 2015 sera une année difficile pour les entreprises dans la mesure où la distinction entre les zones d’opérations « sûres » et les zones « risquées » est de plus en plus floue. Il y aura toujours de belles opportunités pour les multinationales ambitieuses, mais un contexte économique incertain et des politiques volatiles feront de 2015 une année plus complexe encore que les autres. »

« Les Etats-Unis et l’Europe vont voir leur influence mondiale décroître et leurs dirigeants continueront de se concentrer sur des questions nationales et politiques. Le développement et le succès des multinationales vont se heurter à la résistance des économies émergentes et fragiliser la résilience de leurs chaines d’approvisionnement, de plus en plus tributaires des pays émergents et/ou risqués. En parallèle, leurs gouvernements ne seront pas en mesure de leur apporter un soutien ou une attention suffisants.

« La complexité des nouvelles technologies et cette faiblesse des Etats rend le risque d’attaques cyber plus important encore, y compris en termes de terrorisme et de kidnapping. Il ne faut plus simplement réfléchir à comment éviter une attaque mais à comment la gérer car il est de plus en plus inévitable qu’un tel événement se produise.

 « La quasi impuissance de la gouvernance mondiale face à ces risques complexes se poursuivra en 2015, laissant les entreprises seules face à ces pièges dans un contexte de conflit permanent et d’érosion du consensus politique mondial. »

La RiskMap 2015 de Control Risks va au-delà d’une simple évaluation des risques politiques et de sécurité. Elle prend en compte l’impact potentiel sur les opérations des entreprises des instabilités politiques; de l’influence des facteurs sociaux et structurels; et des facteurs financiers, physiques et humains.

 Voici les principales tendances pour 2015:

  • Le terrorisme transnational continue d’être une menace croissante. La concurrence pour le leadership du mouvement djihadiste mondial entre al-Qaida et l’Etat islamique (EI) entraînera une plus grande fragmentation. EI a d’ores et déjà menacé les pays occidentaux. Le terrorisme en Afrique (Nigeria, Mali, Somalie) restera en revanche un problème plus local avec des groupes terroristes généralement incapables de tenir un territoire.
  • La piraterie maritime reste une menace, mais les risques terrestres de criminalité, de corruption ainsi que de conflits sociaux représentent une menace plus importante pour les compagnies maritimes. La piraterie en Afrique de l’Est continuera de baisser alors qu’elle prend de l’ampleur en Afrique de l’Ouest.
  • Les cybermenaces continuent de croître. Les terroristes et les activistes utilisent des plates-formes communes. Une faible législation dans de nombreuses régions du monde ne permet pas encore de limiter la cybercriminalité efficacement. Les chaînes d’approvisionnement sont des cibles potentielles des cyber-attaques.

 

Des tensions locales spécifiques sont également soulignées dans la RiskMap 2015 :

 

  • La Russie et l’Occident sont entrés dans une nouvelle phase de leurs relations ; l’ingérence de la Russie en Ukraine va persister ; l’appétit pour le risque des investisseurs occidentaux en Russie va se dégrader.
  • Chine: les entreprises continueront à être exposées aux programmes anti-corruption et anti-monopole lancés par la Chine et les coûts de mise en conformité réduiront la profitabilité qu’elles pourront attendre Les conflits maritimes dans le Sud et l’Est du pays resteront la première source de tensions géopolitiques. La Chine continuera de défier le statu quo.
  • Iran : les négociations peuvent entraîner un nouveau dégel, créant des opportunités d’affaires. Le climat restera cependant délicat.
  • Irak et la Syrie : aucune réelle chance de résolution des conflits. Les frappes aériennes seules ne suffiront pas et aucune force terrestre crédible n’est disponible. En Irak, le risque de propagation des violences sectaires à l’échelle du pays est réel.
  • La situation en Libye ne fera qu’empirer; l’Egypte fait face à de constantes menaces internes.
  • En Afrique, le rythme des réformes politiques ne suit pas celui de la croissance économique du continent. L’Afrique du Sud demeure instable. Au Nigeria, les élections de 2015 seront accompagnées de violences, mais une issue démocratique est possible.