Analysé de façon constructive par le mouvement politique Nous Citoyens, le projet de réforme des retraites pose deux avancées de principe que sont l’uniformisation des 42 régimes de retraites et le maintien du principe de répartition.  Néanmoins, le rapport Delevoye, socle des pistes de réflexions, ne permet pas de déterminer si la réforme des retraites constituera un progrès ou une régression sociale… ou si elle sera neutre. Pour ce faire, le seul critère objectif serait de comparer le taux de remplacement entre l’ancien et le nouveau régime, mais rien n’apparaît de convaincant dans ce rapport sur ce point précis.


D’ores et déjà, Nous Citoyens – France alerte sur trois sujets majeurs :

  • Un risque d’affaiblissement de la démocratie sociale existe avec la disparition de la gestion paritaire des retraites dans un système qui fonctionnera de manière autonome avec notamment le calcul automatique du point de retraite.
  • L’absence de prise en compte des évolutions moyen/long terme du marché du travail (uberisation, auto-entrepreneurs, intermittence … ) est regrettable. Les carrières longues et fractionnées seront la norme pour une grande part de la population active. Le libre choix ne sera donc qu’apparent pour des millions de personnes qui n’auront pas d’autres options que de continuer à travailler plus longtemps pour se constituer une retraite suffisante.
  • L’objectif d’équilibre financier, que l’on ne peut que soutenir sur le principe, conduira soit au recul de l’âge de départ à la retraite soit à la baisse de la valeur du point dans les cas probables d’abaissement du ratio cotisants/retraités ou d’allongement de la durée de vie à la retraite. Des nouvelles solutions de financement doivent être envisagées pour rendre cet équilibre socialement tenable et prévenir une paupérisation des retraités. 

Cette réforme relève d’un choix structurant de modèle de société et mérite une concertation très approfondie avec les partenaires sociaux et les citoyens engagés dans le débat public. A ce titre, le mouvement politique Nous Citoyens prendra toute sa part dans les débats à venir, notamment à l’occasion des consultations citoyennes. 


Mouvement politique trans-partisan créé par des citoyens pour donner la parole à des citoyens, Nous Citoyens est le mouvement citoyen pionnier, créé fin 2013 par Denis Payre. Il a  compté jusqu’à 14.000 adhérents et plus de 25.000 sympathisants et a participé aux échéances électorales.

Le nouveau binôme élu, constitué d’Alexia Germont et de Georges Obninsky, appuyé par le Conseil d’administration, souhaite redonner toute la place qui est la sienne, dans le débat public et lors des échéances électorales, à ce mouvement politique indépendant, autour de ses valeurs. L’Europe est également au cœur de l’engagement des adhérents de Nous Citoyens, organisés autour d’un maillage territorial décentralisé et très complet.

Alexia Germont, 48 ans, ancien Avocat, exerce actuellement au sein d’une entreprise d’investissement française. Très investie dans le débat public, elle a publié fin 2018  « Réveillons Notre Europe » aux Editions Temporis. Elle est présidente-fondatrice du think tank France Audacieuse. Elle intervient dans les médias (C News, France Info, Public Sénat, LCI, BFMTV, Sud Radio, etc…) et publie régulièrement des tribunes.Georges Obninsky, 63 ans, originaire des Hautes-Alpes, est gérant de sociétés dans le domaine sportif. Il a toujours été très engagé au sein des mouvements citoyens. Il a ainsi créé le Parti des Hautes Alpes qui a obtenu près de 15% des voix lors des dernières élections départementales .Il souhaite plus particulièrement défendre les préoccupations de la ruralité au sein du mouvement Nous Citoyens.