Fondée en 2004 par le Dr Pauline TIBERGHIEN, médecin de la reproduction, l’association PMA : Procréation Médicalement Anonyme, a pour but de sensibiliser les professionnels de santé, le législateur et le grand public sur les conséquences délétères de l’anonymat total des donneurs de gamètes, dont le caractère irréversible a été inscrit dans la loi française en 1994.

L’association PMA est strictement  apolitique et n’appartient à aucun courant religieux. Totalement indépendante, elle fonctionne uniquement grâce aux cotisations de ses membres qui sont tous bénévoles.

Elle réunit principalement:

–des personnes conçues par don qui veulent avoir le choix de connaître ou non leur géniteur (le donneur de gamètes),

–des anciens donneurs qui souhaiteraient se faire connaître auprès des personnes issues de leur don qui le demandent,

–des couples qui ont bénéficié d’un don de gamètes et sont favorables à ce que leur enfant, aujourd’hui adulte, puisse connaître son géniteur,

– des couples qui envisagent de recourir à une PMA (Procréation Médicalement Assistée) avec tiers donneur et qui souhaiteraient que leur enfant puisse, à sa majorité et s’il en éprouve le besoin, savoir à qui il doit d’être né.

Pour une PMA (Procréation Médicalement Assistée) à visage humain, l’association PMA milite pour un accès contrôlé et encadré aux origines, à travers des actions politiques, médiatiques et juridiques.

Depuis la création des banques de sperme en 1973, les Procréations Médicalement Assistées avec tiers donneur ont permis la naissance de près de 70 000 personnes en France.

La première législation encadrant ces pratiques n’est intervenue que 21 ans plus tard et a été calquée sur celle relative aux dons de sang et d’organes, oubliant que le don de gamètes permettait la conception d’un enfant, donc d’un adulte en devenir.

L’association PMA demande que soit enfin pris en compte le retour d’expérience de 40 ans des premiers concernés par le don de gamètes : donneurs, parents et enfants à présent adultes.

Les membres de notre association l’ont compris : les composantes de la filiation sont multiples : sociale, affective, éducative et biologique. Loin de se concurrencer, celles-ci se complètent et sont toutes à l’origine des enfants conçus par don.