A l’origine de la révélation de plusieurs affaires qui ont secoué la Ve République, le journaliste est mort le 25 juillet à Argenteuil. Il avait 81 ans  Pierre Péan est mort le 25 juillet à l’hôpital d’Argenteuil (Val-d’Oise), à l’âge de 81 ans. Auteur d’une quarantaine de livres, il était devenu la figure tutélaire du journalisme d’enquête en France à la faveur de plusieurs scoops retentissants – et parfois controversés. Péan était devenu une marque à lui tout seul, le seul journaliste indépendant français capable de décider de ses sujets d’enquête, de les autofinancer et d’y consacrer une à deux années à temps plein.  

Fils d’un coiffeur de l’ouest de la France (sa famille était en effet originaire de Maumusson, en Loire-Atlantique), Pierre Péan étudie le droit, section sciences économiques, à Angers. C’est là qu’il fait partie de l’équipe électorale de Jean Turc, maire de la ville membre du parti Indépendants et Paysans (droite). En 1958, il est également aux côtés de Joël Le Theule, maire de Sablé-sur-Sarthe, qui deviendra député et ministre gaulliste. Puis il continue ses études à Sciences Po et parvient à éviter le service militaire en Algérie. Il effectue celui-ci, au titre de la coopération, de 1962 à 1964 au Gabon. Il assiste à la tentative de coup d’État militairecontre le président Léon Mba. Il gardera de cette période un réseau de relations parmi les élites gabonaises. Après 1968, il devient journaliste, tout d’abord pour l’Agence France-Presse, puis pour l’hebdomadaire généraliste L’Express en 1970 et enfin pour l’hebdomadaire économique Le Nouvel Économiste. Il traite alors plus particulièrement les questions concernant l’énergie.

Il joue un rôle actif dans l’Affaire des diamants, impliquant le président Valéry Giscard d’Estaing, révélée en octobre 1979 par l’hebdomadaire satirique Le Canard enchaîné. Il obtient son premier grand succès éditorial avec Affaires africaines (1983) où il dénonce les réseaux mis en place par Jacques Foccart.

À partir de cette date, il intervient dans différents journaux (LibérationActuelLe Canard enchaîné) en tant que pigiste extérieur, en choisissant ses sujets, et publie au rythme d’environ un livre par an.