Philosophe et directeur de recherche au CNRS [archive], ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (L 1978), Pierre Caye développe depuis plus de 30 ans une recherche inédite sur les savoirs de l’architecture, de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire et, à travers ceux-ci, sur la question de la technique dont il renouvelle en profondeur la généalogie.

À partir de ces recherches qui ont donné lieu à de nombreuses publications, Pierre Caye conduit, depuis quelques années, une réflexion sur la possibilité de donner une assise aux notions encore floues et ambiguës de « développement durable ou soutenable », dont témoigne son dernier livre : Critique de la destruction créatrice [archive] (Les Belles-Lettres, 2015).

Parti de Vitruve et de son traité le De architectura, dont il a édité en partie le commentaire de Barbaro (Le Savoir de Palladio, Paris, 1995), il noue ainsi, dans la tradition de Pierre Hadot, un dialogue entre la pensée antique et la situation contemporaine, mais à partir d’objets (les arts et les techniques) qui, jusqu’à maintenant, n’occupaient qu’une place marginale dans ce dialogue.

Lauréat de l’Académie française (1996) et de l’Académie des sciences morales et politiques (2009), il dirige le Centre Jean Pépin [archive] (UMR 8230, CNRS-ENS Ulm) depuis janvier 2011..