luca giordano_opt

Son père Antonio, lui-même artiste, lui enseigna les premiers rudiments du métier et dès l’âge de huit ans, Luca parvint à peindre un chérubin sur l’un des dessins de son père, un exploit qui valut à l’enfant d’être placé en apprentissage par le vice-roi de Naples auprès de José de Ribera.

Lors d’un voyage à Rome en 1652, il découvre les chefs-d’œuvre de Michel-Ange, de Raphaël, des Carracci et du Caravage, en s’appliquant à les dessiner, puis, à Parme les œuvres du Corrège et de Véronèse.

Il complétera par un séjour à Venise entre 1653 et 1667 où il obtient ses premières grandes commandes. Pour la Basilique San Pietro di Castello il réalise un retable la Vierge et l’Enfant avec les âmes du Purgatoire. Il travailla aussi pour l’église Santa Maria del Pianto, aujourd’hui fermée1.

Après avoir visité et expérimenté dans la plupart des grands centres artistiques de l’Italie, Giordano se forgea un style personnel, combinant dans une certaine mesure la pompe ornementale de Paul Véronèse avec les grandes compositions de Pietro da Cortona.

Luca Giordano (Naples, 18 octobre 1634 – Naples, 3 janvier 1705) est un peintre italien baroque de l’école napolitaine.

Son père, peintre également, l’avait affublé du surnom de Luca Fà-presto (en français : « Luca fait vite »).