Emily Carr part en France en juillet 1910 avec sa sœur Alice, qui lui sert d’interprète, munie d’une lettre d’introduction que lui avait donnée Henry Phelan Gibb, peintre anglais et membre du cercle de Gertr,ude Stein, Matisse, et Picasso afin d’y apprendre la peinture. C’est là qu’elle apprendra les techniques de Signac et des fauves; mais ne s’initiera pas encore au cubisme.

Elle s’inscrit d’abord à Paris à l’académie Colarossi, puis avec John Ducan Fergusson, à l’atelier Blanche. Mais elle tombe malade et est donc obligée de quitter Paris. Durant l’été 1911, elle apprend que Gibb va donner des cours de peinture de paysage en pleine nature ; elle s’inscrit à ses cours. Elle s’installera à Crécy en Brie auprès de lui. Elle y réalisera de nombreuses toiles, aujourd’hui dispersées dans des collections particulières et des musées canadiens (notamment à Vancouver).

Emily Carr (13 décembre 1871 à Victoria (C.-B.), Canada – 2 mars 1945 à Victoria, Colombie-Britannique) fait partie des artistes les plus reconnues du Canada. Ses peintures ont pour thèmes principaux les forêts de sa région, la Colombie-Britannique, et l’art totémique des Autochtones (Premières Nations). La Galerie d’art de Vancouver possède une importante collection de ses œuvres.