Daniel Křetínský est diplômé en droit de l’université Masaryk. Il entame sa carrière en tant qu’avocat, en particulier au sein de la firme J&T qu’il rejoint en 1999 et dont il devient associé en 2003

En 2004, il devient le président et copropriétaire du club de football AC Sparta Prague.

En 2009, il devient le président d’EPH, une entreprise du secteur de l’énergie fondée par J&T et dont il détient à l’origine 20 %. Il en est en 2018 le principal actionnaire avec 94 % des parts. EPH est spécialisée dans la production et de distribution d’électricité d’origine thermique, dont des centrales à charbon, dans plusieurs pays européens.

En 2013, il rachète la filiale tchèque de Ringier pour cofonder Czech News Center, une entreprise du secteur des médias qui concentre notamment plusieurs des principaux journaux et magazines tchèques.

 

Son nom apparaît dans les Panama Papers en raison de sa détention d’une société basée dans un paradis fiscal, les Îles Vierges britanniques.

En 2018, il décide d’investir dans l’industrie de la presse en France. En avril, il achète plusieurs titres, dont Elle et Marianne.

Le 17 octobre 2018, Lemonde.fr révèle que Daniel Křetínský entre en négociation exclusive avec Matthieu Pigasse pour lui racheter entre 40 et 49 % des parts de sa société Le Nouveau Monde. Cette société, qu’il contrôle avec Xavier Niel permet à Matthieu Pigasse de détenir sa participation au Monde.

Le 25 octobre 2018, Matthieu Pigasse officialise la vente de 49 % de ses parts dans le Nouveau Monde à Daniel Křetínský.
À cette occasion, Emmanuel Macron, président de la République française, a rappelé que l’État serait vigilant sur l’indépendance des journalistes après cette vente tout en soulignant qu’il n’avait aucun problème à voir un Tchèque entrer dans le capital du Monde : « Lorsque ce sont des investisseurs de l’Union européenne, il n’y a pas d’interdiction ou de limite », a déclaré le chef de l’État. Tout changement de contrôle de la direction du Monde devra être soumis à un « droit d’agrément », c’est-à-dire que tous les actionnaires du journal auront un droit de veto en ce qui concerne l’identité du prochain dirigeant du Monde.