Agnès Buzyn naît le 1er novembre 1962, à Paris, au sein d’une famille juive.

Sa famille paternelle est originaire de Łódź, en Pologne, où son oncle a été fusillé par les nazis en octobre 1940.

Ses grands-parents et son père, alors âgé de quinze ans, ont été déportés à Auschwitz. Seul son père, Élie Buzyn, en revient. Au sortir de la guerre, il s’installe en Palestine mandataire, puis à Oran, en Algérie francaise, et finalement en 1956 en métropole, où il exerce comme chirurgien orthopédiste à la clinique Saint-Marcel de Paris.

Sa mère, Etty Buzynenfant caché dans l’Ain durant la Seconde Guerre mondiale, est psychologuepsychanalyste et écrivain.

Agnès Buzyn est mariée en premières noces à Pierre-François Veil, l’un des fils de Simone Veil, avec lequel elle a trois enfants, dont l’un est le mari de la fille de Daniel Auteuil et d’Emmanuelle Béart.

Elle épouse en secondes noces Yves Lévy, directeur général de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale(INSERM).

Le 15 juin 2018, lors du 42e congrès de la Mutualité française à Montpellier, elle présente la réforme 100% santé.

Elle décide de dérembourser quatre médicaments contre le développement de la maladie d’Alzheimer, mesure qui prend effet le 1er août 2018. Ce choix est critiqué par le président de la fondation France Alzheimer. En revanche, la revue Prescriresalue la mesure, rappelant que ces médicaments « ont une efficacité minime et transitoire. Ils sont peu maniables en raison d’effets indésirables disproportionnés et exposent à de nombreuses interactions. Aucun de ces médicaments n’a d’efficacité démontrée pour ralentir l’évolution vers la dépendance et ils exposent à des effets indésirables graves, parfois mortels ».

Elle envisage le déremboursement des préparations homéopathiques par la Sécurité sociale

Source :Wikipédia