Sylvia Pinel, née le  à L’Union (Haute-Garonne), est une femme politique française, membre du Parti radical de gauche et députée de Tarn-et-Garonne (2e circ.) entre 2007 et 2012, réélue à cette dernière date. Après avoir été ministre déléguée puis ministre de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme dans les gouvernements Jean-Marc Ayrault I et II lors de l’accession de la gauche au pouvoir en 2012, elle est ministre du Logement et de l’Égalité des territoires dans les gouvernements Valls I et II du  au 

Sylvia Pinel présente un programme qualifié par plusieurs médias de programme de campagne très favorable aux entreprises.

Elle souhaite ramener le taux de l’impôt sur les sociétés à 20 %, contre 33,33 % en finançant cette mesure en supprimant le Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi qu’elle juge «complexe, inégalitaire et peu efficace». Elle défend aussi la création d’un crédit d’impôt pour favoriser les CDI (1,5 % de la masse salariale, jusqu’à 2 SMIC) et le transfert des cotisations famille des entreprises vers la fiscalité mais sans hausse de la fiscalité des ménages.

Concernant les questions sociétales, Sylvia Pinel défend l’accès à la PMA pour toutes les femmes, indépendamment de leur statut marital et de leur orientation sexuelle. Elle soutient également l’introduction de la possibilité de recourir à l’euthanasie pour les personnes en fin de vie voulant y avoir recours, une réforme de l’adoption pour que les couples, hétérosexuels et homosexuels puissent y avoir «accès de manière égale et juste». Elle défend le vote d’une loi sur la bioéthique afin de permettre à la médecine de poursuivre ses progrès. Enfin, elle soutient la légalisation du «cannabis» et sa distribution contrôlée en pharmacie. Elle veut également promouvoir l’idée d’un droit européen à l’IVG qu’elle voudrait voir remboursé à 100%.

Sur les relations internationales, elle soutient l’idée d’une Europe fédérale avec la mise en place d’une «constitution fédérale». Ce serait au parlement européen réuni en constituante de l’écrire. L’adoption du texte se ferait par un référendum européen ayant lieu le même jour. Sylvia Pinel souhaite également renverser l’équilibre politique au sein des institutions européennes en transformant la Commission en un gouvernement de l’Europe responsable devant les Eurodéputés en créant ainsi un Sénat européen pour remplacer le Conseil de l’Union européenne. Au niveau des institutions européennes, elle suggère de fusionner les postes de président de la Commission et du Conseil européen et désire instituer un gouvernement économique de la zone euro, responsable devant les eurodéputés concernés. Au niveau des droits sociaux européens, Sylvia Pinel veut faire converger les smics partout en Europe. Enfin, afin de permettre à l’UE de « financer des investissements européens dans des domaines stratégiques », Sylvia Pinel propose de réaliser une «vraie taxe sur les transactions financières», permettant ainsi de renflouer le budget de la zone euro.