mimi

ACTUALITE – Quatorze migrants dont quatre enfants ont été retrouvés vivants ce vendredi dans un camion frigorifique dans le Pas-de-Calais.

Vivants mais légèrement intoxiqués au monoxyde de carbone

Ce matin vers 7h, un camion frigorifique polonais est contrôlé non loin de l’autoroute A26, près de la gare de Setques, dans le Pas-de-Calais. A son bord, cinq hommes, cinq femmes et quatre enfants d’origine irakienne, iranienne et syrienne. Les enfants sont jeunes : de 7 à 10 ans pour les trois plus grands, à peine plus d’un an pour le dernier. Comme de nombreux migrants, ils tentaient de rejoindre Calais pour se rendre en Grande-Bretagne. Souffrant d’une légèrement intoxication au monoxyde de carbone, les quatorze passagers ont été envoyés dans différents hôpitaux mais leur vie n’est pas en danger.

Des faits qui ne sont pas isolés

Au début du mois d’octobre, trente Syriens et un Vietnamien avaient déjà été retrouvés dans un camion frigorifique, cette fois sur l’aire d’autoroute A16 mais toujours dans le Pas-de-Calais. A bord du camion, un enfant de trois ans qui a, comme tous les autres, été retrouvé sain et sauf. Plus tôt encore, en août, soixante-et-onze migrants avaient été découverts morts dans un camion réfrigéré en Autriche dont quatre enfants. L’enquête avait alors révélé que toutes les victimes avaient été asphyxiées, le chauffeur s’étant sauvé au moins 24 heures plus tôt en abandonnant le camion sur l’aire où il a été retrouvé.

Rejoindre la Grande-Bretagne au péril de leur vie

Les récits de migrants voulant atteindre Calais se multiplient. Ils sont nombreux à s’installer dans la « jungle », un bidonville au bord de l’autoroute où s’entassent désormais plus de six mille personnes dans des conditions de vie précaires. Leur objectif ? Rejoindre la Grande-Bretagne en traversant le tunnel sous la Manche. Le lieu est pourtant déjà bien sécurisé mais les barbelés qui entourent tout le site ne suffisent pas à décourager les migrants. Beaucoup se blessent plus ou moins gravement dans leur périple. D’autres encore n’y survivent pas.

Mercredi, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a annoncé le renfort des forces de l’ordre sur place notamment pour empêcher les migrants de continuer leur chemin plus au nord. Il a également déclaré vouloir renvoyer vers leur pays « ceux qui n’ont pas vocation à s’installer en France », un discours qui n’a pas semblé convaincre les associations présentes sur place.