• Les prêts internationaux ont stagné au deuxième trimestre 2016. Les créances transfrontières mondiales ont augmenté de 489 milliards de dollars entre fin mars et fin juin 2016, une hausse essentiellement attribuable aux activités intragroupe. Sur une base consolidée excluant les positions intragroupe, les créances bancaires internationales ressortent quasiment inchangées.
  • Contrairement à la tendance générale, les créances sur les économies de marchés émergentes (EME) ont crû de 124 milliards de dollars au deuxième trimestre 2016, mettant fin à trois trimestres consécutifs de repli. Cette progression s’explique avant tout par une hausse de 61 milliards de dollars des créances sur la Chine. Les prêts transfrontières au reste des pays émergents d’Asie, du Moyen-Orient et de l’Amérique latine se sont également accrus.
  • Les statistiques bancaires consolidées de la BRI font état d’une modification progressive de la composition du crédit interbancaire international à travers les régions au cours de l’année écoulée. La part des prêts internationaux aux banques dans les économies avancées a augmenté de 4 points de pourcentage, tandis que les prêts internationaux aux banques des économies de marché émergentes ont reculé de 3 points de pourcentage.
  • Au troisième trimestre 2016, les émissions de titres de créance internationaux par les économies de marché émergentes ont été inférieures de 57 milliards de dollars (21 %) à celles du deuxième trimestre, mais supérieures de 75 % à celles du troisième trimestre 2015.
  • La tendance à une utilisation croissante de l’euro en tant que monnaie de financement a ralenti au troisième trimestre, les établissements financiers ayant repris leurs émissions en dollar, lesquelles ont atteint un niveau historique.
  • Les nouvelles données sur les contreparties centrales (CC) montrent que la compensation centrale a nettement progressé sur les marchés de dérivés de taux d’intérêt de gré à gré, même si elle est moins établie sur d’autres segments. L’encadré A analyse ces tendances.
  • À compter de décembre 2016, les statistiques bancaires territoriales (LBS) de la BRI proposent une ventilation affinée pour le secteur non bancaire et les transactions intragroupe par pays de contrepartie. Par ailleurs, la Chine et la Russie ont récemment commencé à participer aux LBS. L’encadré B présente les nouvelles données émanant de ces deux pays.