bongo_opt(1)

Samedi, dans une émission de télévision, le Premier ministre français a en effet estimé que le chef de l’État gabonais n’avait pas été élu « comme on l’entend ». Des propos qui secouent d’ores et déjà la classe politique gabonaise.

Samedi 16 janvier, Manuel Valls, Premier ministre français, a évoqué, dans l’émission « On n’est pas couché », le président gabonais Ali Bongo Ondimba.

Répondant à la question de l’humoriste Jérémy Ferrari au sujet de la marche du 11 janvier 2015 en mémoire des victimes de l’attaque contre Charlie Hebdo, « Comment vous expliquez qu’Ali Bongo se retrouve en tête d’une marche pour la liberté d’expression ? », Manuel Valls a créé la surprise, en proposant une explication peu diplomatique.

jean-ping_opt

« Dans cette manifestation, il y avait des chefs d’État et de gouvernement. Vous retenez Ali Bongo, moi je retiens surtout un autre Africain, élu lui, Ibrahim Boubacar Keïta ». Et le Premier ministre d’enfoncer le clou, tandis que l’humoriste insiste (« Parce qu’il n’est pas élu Ali Bongo finalement ? ») : « Non, pas comme on l’entend ».

– See more at: http://fr.africatime.com/gabon/articles/france-gabon-quand-manuel-valls-estime-quali-bongo-ondimba-na-pas-ete-elu-comme-lentend#sthash.73pzvphh.dpuf