Nouvelle hausse pour les prélèvements sociaux (CSG, CRDS…) qui frappent les revenus ou les plus-values de presque tous les placements financiers : le taux passe ainsi de 12,1 à 12,3 %.
Même tendance pour l’imposition des actions, obligations ou parts de sicav et/ou de fonds communs de placement. Les plus-values réalisées sur les ventes en 2011 seront imposées au taux forfaitaire de 19 % au lieu de 18 % l’an dernier. Et donc de 31,3 %, une fois ajoutés 12,3 % de prélèvements sociaux. L’alourdissement ne s’arrête pas là. En effet, les plus-values sont désormais imposées quel que soit le montant des ventes réalisées dans l’année. En 2010, elles n’étaient fiscalisées que si le contribuable avait cédé plus de 25 830 euros de titres. Une consolation : le plan d’épargne en actions garde ses avantages. Les plus-values obtenues dans le cadre des PEA restent exonérées d’impôt (mais pas de prélèvements sociaux) à condition de conserver le plan cinq ans au moins.

Les dividendes, coupons d’obligations et intérêts des livrets bancaires soumis à fiscalité sont, au choix, soumis à l’impôt sur le revenu ou au prélèvement forfaitaire libératoire. Ce dernier, qui s’élevait à 18 % jusqu’à présent, est lui aussi porté à 19 %. En y ajoutant les prélèvements sociaux, la ponction totale est là aussi de 31,3 %.

d’après CY