Pierre Puvis de chavannes, L'Espérance

Pierre Puvis de Chavannes, fortement marqué par la guerre franco-prusienne, réalise plusieurs oeuvres relatives à ces événements. Il expose notamment au Salon de 1872 une Espérance conservée aujourd’hui à la Walters Art Gallery de Baltimore. Le musée d’Orsay en possède une version réduite, réalisée également entre 1871 et 1872.

Le peintre représente l’Espérance sous les traits d’une jeune fille nue, assise sur un tertre recouvert d’une draperie blanche. Elle se détache sur un paysage de désolation où l’architecture en ruine et les croix de fortune des cimetières improvisés évoquent le conflit. Cependant, plusieurs éléments du tableau indiquent qu’une ère nouvelle, pleine de promesse, est là. Le brin d’olivier que tient la jeune fille symbolise la paix retrouvée tandis que la clarté que l’on devine derrière les collines évoque l’aube d’un jour nouveau. Les fleurs qui poussent au travers des cailloux du tertre témoignent également de cette renaissance. L’absence de tout détail historique donne à la peinture valeur de symbole universel.

Après des études de rhétorique et de philosophie au lycée Henri-IV de Paris, il fait un premier voyage en Italie, puis commence à étudier la peinture auprès de Henry Scheffer. Il fait ensuite un deuxième séjour en Italie et étudie brièvement auprès d’Eugène Delacroix, puis dans l’atelier de Thomas Couture. Il est marqué par les grandes peintures murales de Théodore Chassériau, exécutées pour l’escalier de la Cour des comptesentre 1844 et 1848 (détruites en 1871). Il ne trouve véritablement sa voie qu’à l’âge de trente ans en réalisant le décor de la salle à manger de la résidence campagnarde de son frère (Les Quatre Saisons, Le Retour de l’enfant prodigue).

Ses débuts au Salon sont difficiles. Il est plusieurs fois refusé et quand enfin il expose, il est sévèrement critiqué. Puis, en 1861, il remporte un premier succès avec La Guerre et La Paix. La première est achetée par l’État français. Puvis offre la seconde, complétée en 1863 par Le Repos et Le Travail, et en 1865 par Ave Picardie nutrix, puis quinze ans plus tard par Ludus pro Patria. Ce décor exceptionnel sur le plan thématique et stylistique est représentatif du traitement novateur que Puvis apporte au genre allégorique dont il devient à la fin du xixe siècle le plus brillant représentant. À son petit atelier de Pigalle, il ajoute rapidement un plus grand, à Neuilly. Il vit avenue de Villiers, auprès de la princesse roumaine Marie Cantacuzène (1820– juillet 1898), qu’il rencontre en 1856N 1, sans doute dans l’atelier du peintre Théodore Chassériau dont elle est l’amie. Elle a une influence considérable sur lui, devenant sa compagne, sa collaboratrice, son inspiratrice. Il en fait en 1883 un portrait, aujourd’hui visible au musée des beaux-arts de Lyon. Elle lui sert également de modèle pour la Salomé de la Décollation de Saint-Jean-Baptiste, pour Radegonde de l’hôtel de ville de Poitiers, et pour la Sainte-Geneviève du Panthéon de Paris.