Pierre Bergé est un entrepreneur en confection de luxe, un homme d’affaires, et un mécène français, né le 14 novembre 1930 à Arceau, sur l’île d’Oléron.

Compagnon d’Yves Saint Laurent, qu’il aide à fonder la maison de couture du même nom, il est élu en 1974 président de la Chambre syndicale des couturiers et créateurs de mode. De 1977 à 1981, il dirige le théâtre de l’Athénée puis préside l’Opéra Bastille de 1988 à 1993, année où il est nommé « ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO ». Soutien médiatique et financier du Parti socialiste, il est également militant de la causehomosexuelle et de la lutte contre le sida, co-fondateur de l’association Sidaction dont il est aujourd’hui président. Il était propriétaire du magazine Têtu jusqu’en janvier 2013. En 2010, il achète le quotidien Le Monde conjointement avec Xavier Niel et Matthieu Pigasse.

En 2011, Pierre Bergé possède une fortune estimée à 120 millions d’euros

Passionné de théâtre et d’opéra, Pierre Bergé rachète en 1977 le théâtre de l’Athénée – Louis Jouvet, qu’il dirige jusqu’en 1982, avant de le céder à l’État. Il crée sous les combles une petite salle conçue par Jacques Grange baptisée du nom de Christian Bérard, et consacrée au théâtre d’essai. Sous sa direction, le théâtre alterne les pièces classiques avec la découverte de nouveaux talents. Il programme, avec Danièle Cattand, les Lundis musicaux de l’Athénée où se succèdent les plus grandes voix du monde jusqu’en 1989. Pierre Bergé produit des spectacles de Peter Schaffer, Antoine Vitez, Claude Régy, Marguerite Duras, Peter Brook, Robert Wilson et des concerts de John Cage et Philip Glass. Il est nommé en 1988 président de l’Opéra national de Paris, poste qu’il conserve jusqu’en 1994, avant d’en devenir président d’honneur.

En 2000, il devient PDG de la brasserie de luxe parisienne « Prunier », spécialisée dans le caviar français. En 2001, il crée à Paris, rue Drouot, une société de vente volontaire, la Maison Pierre Bergé et associés, qui dispose également d’une antenne à Bruxelles, sur la place du Grand Sablon.

Depuis 2004, il est président du Comité Pierre Mac Orlan, et est à ce titre titulaire exclusif du droit moral de Pierre Mac Orlan et délivre donc les autorisations d’exploitation de l’œuvre de Mac Orlan.

Après l’ouverture de la Maison Cocteau à Milly-la-Forêt en juin 2010, organisée par le Comité Cocteau dont Pierre Bergé assure la présidence, il engage en 2011 le projet de restauration de la Maison Zola à Médan et la création du musée Alfred-Dreyfus par l’Association Maison Zola – Musée Dreyfus dont il est également le président.

En 1984, il rencontre François Mitterrand, avec qui il se lie d’amitié et qu’il soutient à l’élection présidentielle. Quatre ans plus tard, il participe à tous ses meetings de campagne (contrairement à 1981). Pierre Bergé est aujourd’hui Président des Amis de l’institut François-Mitterrand.

En 1995 il soutient Jacques Chirac à l’élection présidentielle.

En 2001 et 2008, pour les élections municipales, il soutient officiellement la gauche parisienne, menée par Bertrand Delanoë (PS).

Il soutient Ségolène Royal pour la présidentielle 2007 et était présent à Villepinte lors de la présentation de son « pacte présidentiel », le 11 février 2007. Son soutien est aussi financier : il prend en charge le loyer du siège de l’ex-candidate à l’élection présidentielle (un appartement de 150 m2 boulevard Raspail, dans le 6e arrondissement de Paris). Pierre Bergé a créé l’Association des Amis de Ségolène Royal en février 2008 qui lui permet d’occuper pour une somme symbolique des locaux au cœur du 6e arrondissement14. Mais, le 3 mars 2011, il décide d’arrêter de financer son bureau qui se trouvait dans le 6earrondissement. Le 22 mars 2011, il confirme son soutien à la candidature de Ségolène Royal à la primaire présidentielle socialiste de 2011 mais affirme ne plus pouvoir la soutenir financièrement puisqu’à compter du 1er avril 2011 commence l’année pré-électorale et qu’il sera interdit de donner plus de 7 500 € à un candidat à l’élection présidentielle.

En 2009, il soutient Vincent Peillon et son courant L’Espoir à gauche et son Rassemblement social, écologique et démocrate, selon le Figaro16.

Le 22 mars 2011, dans l’émission 5/7 Boulevard sur France Inter, il réaffirme son soutien à la candidature de Ségolène Royal à la primaire présidentielle socialiste de 2011.

Le 17 décembre 2012, il prend position en faveur du mariage homosexuel et soutient la procréation médicalement assistée pour les couples homosexuels. Il déclare « Nous ne pouvons pas faire de distinction dans les droits, que ce soit la PMA, la GPA (gestation pour autrui, NDLR) ou l’adoption. Moi, je suis pour toutes les libertés. Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence ? C’est faire un distinguo qui est choquant ». Ces propos sont vivement critiqués dans les semaines qui suivent