Le gouvernement a déjà renoncé à respecter ses engagements de réduction du déficit. L’impact désastreux de l’explosion des impôts et taxes ces dernières années explique notre croissance anémique. Résultat, les recettes fiscales baissent et le déficit public est déjà attendu à 4,2% pour 2014, loin des 3% exigés par l’Europe. Ce laxisme n’est plus tenable. D’autant plus qu’un rapport de la Cour des comptes estime la dette réelle des administrations publiques proche de 5.000 milliards d’euros. Aux 1.833 milliards officiels, le pays doit ajouter 3.090 milliards d’engagements qui correspondent à une dette certaine future.

 Il est totalement irresponsable de laisser chaque Français porter une dette de 77.000 euros. Une diminution importante de la dépense publique accompagnée d’un « choc de croissance » pour relancer l’emploi est plus nécessaire que jamais, c’est ce que propose le PLD : flexibilité du travail, simplicité des règlementations, abolition des professions protégées, etc. N’attendons pas le jour où les marchés se refuseront à financer davantage le déficit de notre pays, les réformes seraient alors bien plus dures et cruelles. L’action, c’est maintenant.

Le Parti Libéral Démocrate (PLD) a été fondé en 2008 par son président Aurélien Véron. Il a rassemblé depuis cette date des personnalités issues de la société civile (Arnaud Dassier, Anne Bourdu, Gaspard Koenig, Eric Juramy, Vincent Benard, Louis-Marie Bachelot) et du monde politique (Charles Beigbeder, Thierry Mouillac, Thomas Zlowodzki). Lors des élections législatives de juin 2012, 70 candidats ont porté ses couleurs. Il est parti membre de l’UDI depuis janvier 2013. Le PLD est aujourd’hui le seul parti politique qui porte l’héritage libéral français. partiliberaldemocrate.fr