Aide urgente afin d’aider les travailleurs et les indépendants dans l’UE-27 Le Fonds européen d’ajustement à la mondialisation (FEM) aide les travailleurs à mettre à jour leurs compétences et à trouver un nouvel emploi

Les députés ont adopté des modifications apportées au Fonds européen d’ajustement à la mondialisation pour soutenir les travailleurs qui seraient touchés par un Brexit sans accord.
Le Fonds européen d’ajustement à la mondialisation (FEM) finance des politiques actives en faveur de l’emploi comme le renouvellement des compétences des travailleurs individuels, le conseil en carrière, la formation, les indemnités de réinstallation ou la création d’entreprise. Jusqu’ici, les gouvernements de l’UE ne pouvaient faire appel au soutien financier du FEM que pour les travailleurs et les indépendants ayant perdu leur emploi à cause de la mondialisation ou d’une crise économique.

Les modifications adoptées en plénière ce mardi prévoient que les licenciements et les indépendants dont l’activité a cessé à la suite de conséquences significatives sur leurs activités économiques, la croissance et l’emploi résultant du retrait du Royaume-Uni de l’UE sans accord devraient également être intégrés au périmètre du FEM.
La législation a été adoptée par 516 voix pour, 23 voix contre et 17 abstentions.
Les modifications au règlement s’appliqueront à compter du jour suivant celui où les traités cesseront de s’appliquer au Royaume-Uni s’il n’y a pas d’accord de retrait en vigueur. Toutefois, ce règlement ne s’appliquera pas si un accord est conclu avant la date du retrait du Royaume-Uni.
Citation
La rapporteure Vilija Blinkevičiūtė (S&D, LT) a déclaré: « Le FEM est opérationnel depuis 2007 et a aidé de nombreux travailleurs licenciés à trouver un nouvel emploi. Ce fonds fonctionne très bien. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour nous préparer à d’éventuelles conséquences négatives dont nos entreprises et nos travailleurs pourraient faire les frais en raison d’un Brexit sans accord. »
Contexte
Les États membres et le Parlement européen doivent approuver toutes les demandes effectuées dans le cadre du FEM. Une fois approuvées, l’UE paie 60% et les pays de l’UE 40%. Depuis 2007, 70 000 travailleurs ont bénéficié de l’aide du FEM.