Les députés ont observé une minute de silence pour rendre hommage à M. Kuciak

Le Président Tajani a fait observer une minute de silence en hommage au journaliste slovaque assassiné, Ján Kuciak, à l’ouverture de la session plénière à Bruxelles.

Le Président Tajani a fermement condamné l’assassinat du journaliste Ján Kuciak et de sa partenaire Martina Kušnírová près de Bratislava.

« Il s’agit d’une atteinte inacceptable à la liberté de la presse, une valeur fondatrice de notre démocratie, quelques mois seulement après l’assassinat de Daphne Caruana Galizia », a-t-il déclaré.

« M. Kuciak a accompli son travail avec professionnalisme et passion. Il était déterminé à rechercher la vérité sur les financements suspects et l’évasion fiscale, quelle que soit la personne concernée », a poursuivi le Président Tajani.

« La police part du principe qu’il a pu être tué pour que ses enquêtes prennent fin », a souligné M. Tajani, précisant qu’il est « inacceptable que des journalistes puissent être tués pour avoir fait leur travail ».

« Nous devons garantir la liberté de la presse » et veiller à ce que » les journalistes puissent travailler librement », a commenté M. Tajani. « Je compte sur les autorités slovaques pour révéler la vérité ».

« Au nom du Parlement européen, je peux vous assurer que, comme dans le cas de Daphne Caruana Galizia, nous ne cesserons pas de faire entendre notre voix et nous resterons vigilants pour que les coupables soient traduits en justice », a-t-il conclu.

Les députés ont observé une minute de silence pour rendre hommage à M. Kuciak et à Mme Kušnírová.

Par ailleurs, le Président Tajani a condamné la disparation de plus de 100 filles au Nigeria, enlevées par Boko Haram, un événement qui rappelle sans conteste ceux de Chibok. Le Parlement européen condamne vivement ces attaques et appelle à la libération des filles. « Chaque enfant devrait pouvoir aller à l’école librement et dans un environnement sûr », a-t-il fait remarquer, qualifiant cette disparation de catastrophe humanitaire mondiale. Il a demandé une implication plus étroite avec les partenaires africains de l’UE dans la lutte contre le terrorisme.

Le Président a informé la plénière d’un incident impliquant la députée Ska Keller, en Bulgarie, dont il a été lui-même témoin et lors duquel elle a fait l’objet de remarques désobligeantes de la part d’un membre du gouvernement de coalition, M. Simeonov. Le Président s’est dit reconnaissant que le gouvernement bulgare ait pris ses distances par rapport au comportement de M. Simeonov et que l’incident était désormais clos. « Nous disposons tous du droit fondamental de nous exprimer librement », a affirmé le Président, « en particulier ceux d’entre nous qui représentent les citoyens ».