Le groupe Othello, spécialisé en Sciences comportementales et en Détection du mensonge, lance le Trophée Pinocchio, qui distingue les meilleurs mensonges de l’année écoulée. Découvrez son palmarès des plus gros mensonges de 2015 (et apprenez à reconnaître un bon mensonge d’un mauvais).
 
Trois prix décernés
Tout comme pour les podiums classiques, Othello a créé trois prix : le Pinocchio d’Or, d’Argent et de Bronze. Ces trophées ne sont attribués que pour l’année antérieure écoulée sans distinction géographique ou de thématique. Ils font référence au héros de conte de fées dont le nez s’allongeait à chaque nouveau mensonge. Mais le Pinocchio d’Or est avant tout un moyen intuitif de désigner la plus belle des fausses déclarations de l’année. Car si concrètement ce trophée vise à attribuer un prix, tout l’enjeu est de comprendre pourquoi certains mensonges se distinguent davantage des autres et en quoi ils sont sensiblement plus intéressants du point de vue du domaine d’expertise d’Othello.
Les critères d’Othello
Les plus beaux mensonges ne sont pas nécessairement les plus médiatisés. Pour sélectionner ses nominés, Othello a filtré les candidats de l’année 2015 selon plusieurs critères. En premier lieu, les nominés devaient naturellement avoir clairement menti, et non pas faire l’objet de simples suspicions. Deuxièmement, les candidats devaient avoir effectué des déclarations mensongères publiquement (qu’Othello avait, au passage, pu analyser). Enfin, les fausses déclarations doivent avoir eu des répercussions plus ou moins importantes pour le menteur. Comme le précise Camille Srour, Directeur d’Othello : “En Détection du mensonge, chaque mot compte car chacun peut participer au camouflage d’un mensonge finalement noyé dans des banalités véridiques. Avec nos trois nominés, ce sont différentes stratégies qui ont été employées pour tromper…J’ai pris beaucoup de plaisir à les analyser cette année !”. Cet ingénieur de formation centralienne adopte une approche scientifique des relations interindividuelles inédite dans son milieu, et a d’ailleurs fait de cette démarche le fondement même d’Othello. Il importe par ailleurs de garder en tête qu’ “un mensonge peut parfois faire partie d’une stratégie d’influence subtile en vue d’être délibérément démasqué ou avoué” comme le souligne Valentin Becmeur, responsable de la communication d’Othello et auteur du livre Influence Politique.
A propos d’Othello : en référence au personnage principal de la pièce de Shakespeare du même nom, Othello propose des formations visant par exemple des policiers désireux de se former à la Détection du mensonge, mais accompagne aussi des organisations souhaitant mieux repérer de fausses informations dans un CV, des déclarations frauduleuses à l’assurance ou encore des faux commentaires en ligne. Fondé par Camille Srour, spécialiste en Détection du mensonge et en Communication non verbale, et Valentin Becmeur, spécialiste en Communication politique et Prise de parole en public, Othello s’appuie sur un réseau d’une quinzaine d’experts regroupant notamment des enseignants-chercheurs en psychologie sociale.