Allocution d’ouverture prononcée par Agustín Carstens , Directeur général de la BRI, lors du symposium organisé par la BRI sur le thème « Nouveaux défis pour la banque centrale » à l’occasion du 20e anniversaire du bureau de représentation de la BRI pour la région Asie et Pacifique, Hong Kong, le 15 octobre 2018.

 Bonne après-midi. Je me joins à Yi Gang pour vous remercier tous d’être venus à Hong Kong et de nous avoir accompagnés à cet événement marquant le 20e anniversaire du bureau de représentation de la BRI pour l’Asie et le Pacifique. Je voudrais également remercier Norman Chan pour le soutien continu de l’Autorité monétaire de Hong Kong à toutes les activités du bureau asiatique de la BRI et pour avoir co-organisé ce symposium.

À ce type d’occasion, des références historiques sont souvent faites. Permettez-moi de commencer par un début.

En 1565, un frère augustin, Andrés de Urdaneta, découvre le chemin du retour des Philippines au Mexique – puis à la Nouvelle-Espagne. Cette découverte signifiait que les galions pouvaient faire des allers-retours efficaces entre l’Amérique et l’Asie. De la soie chinoise, de la porcelaine, des épices et d’autres produits ont voyagé de Manille à Acapulco. La marchandise a ensuite été transportée à Veracruz, sur la côte est du Mexique, d’où elle a été expédiée en Europe. Du Mexique aux Philippines, les galions porteraient principalement de l’argent mexicain, un moyen de paiement largement accepté à l’époque. Cette route commerciale a duré environ 250 ans, jusqu’en 1810-1815, lorsque le Mexique s’est battu pour son indépendance vis-à-vis de l’Espagne. Je soulève cette question parce que cette voie commerciale pourrait être considérée comme l’une des premières manifestations de la mondialisation.

La référence à ce passage historique est également appropriée pour faire valoir un autre point. Les galions ont navigué vers et à partir de l’Asie. Lorsque la BRI a étendu ses opérations et ses activités en Asie, il y a 20 ans, l’Asie a également commencé à apporter sa diversité et son dynamisme à la BRI. Les banques centrales asiatiques sont désormais indispensables dans les activités et la gouvernance de la BRI, ce qui est assez différent de ce qu’il était il y a deux décennies. Il s’agit bien d’une voie à double sens.

Lorsque le bureau asiatique a ouvert ses portes en juillet 1998, le monde était un endroit complètement différent, sortant tout juste de la fin des années 90 des crises des marchés émergents. Plus tard aujourd’hui, lors de la réception, Joseph Yam nous en dira plus sur le rôle de mon prédécesseur, Andrew Crockett – comment il a eu la clairvoyance de reconnaître le potentiel de la région en tant que force économique et financière mondiale. La création du bureau asiatique – notre tout premier bureau de représentation – a été une étape très naturelle dans la transformation de la BRI en une institution véritablement mondiale.

Cela vaut la peine de revenir sur les progrès accomplis par la région au cours des deux dernières décennies.

  • En 1998, les 12 économies représentées au sein du Conseil consultatif asiatique de la BRI représentaient 23% du commerce mondial de biens. Aujourd’hui, ils représentent 32%. Il n’est donc pas surprenant que neuf des dix ports à conteneurs les plus fréquentés au monde se trouvent en Asie.
  • Cette région abrite également deux des systèmes bancaires qui prêtent le plus au monde en dollars américains. Selon les dernières statistiques bancaires de la BRI, les plus gros prêteurs en dollars américains sont les banques japonaises, les deuxièmes plus grandes banques américaines et les troisièmes plus grandes banques chinoises.

Cette ouverture économique et financière est importante car elle permet aux prix d’orienter les ressources vers des utilisations plus productives. À une époque où cette ouverture est en danger et où les tensions sont légion, la compréhension mutuelle et la coopération entre les banques centrales n’ont jamais été aussi critiques.

Encore plus impressionnant que le rôle joué par la région dans la mondialisation, c’est la manière dont elle s’est catapultée sur le front des innovations technologiques en matière financière. En ce qui concerne les nouveaux développements dans les technologies de grande technologie et les grands livres distribués, ainsi que les applications d’apprentissage automatique et de données volumineuses, l’Asie est à la pointe.

Notre bureau pour l’Asie, pour sa part, fonctionne à un rythme effréné pour suivre le rythme de cette région en pleine mutation. Voici certaines des choses que nous avons faites ensemble:

  • En 2003, pour aider le Bureau asiatique à rester en phase avec les développements de la région et les intérêts de ses parties prenantes, la BRI a créé le Conseil consultatif asiatique. Dix gouverneurs de la région ont présidé ce conseil, le représentant en chef faisant fonction de secrétaire du conseil. Les avis du Conseil ont été extrêmement bénéfiques pour la BRI.
  • En 2007, le bureau asiatique a organisé le réseau de recherche asiatique pour mettre en relation les chercheurs des 12 banques centrales participantes de la BRI dans la région. Ce réseau a déjà organisé 12 ateliers dans la région. Dans le même temps, le Bureau asiatique a entrepris une succession de programmes de recherche de deux ans, dont les résultats ont été partagés lors de conférences de recherche annuelles. Ensemble, le réseau et les programmes de recherche ont produit des résultats intéressants.
  • Le bureau asiatique a également pris part à des initiatives visant à développer les marchés des obligations en monnaie locale dans la région et à élargir les possibilités d’investissement pour les banques centrales. En 2005, la BRI a participé à la création du Asian Bond Fund 2, un fonds qui investit dans huit marchés obligataires locaux. Depuis lors, la BRI a lancé un fonds qui investit sur le marché obligataire en renminbi et un autre fonds qui fait de même sur le marché des obligations libellées en won.

Toutes ces activités ont contribué à amener la BRI en Asie et l’Asie à la BRI.

Mais nous n’avons pas encore fini. Nous préparons actuellement le prochain plan stratégique à moyen terme pour la BRI. Dans ce plan, nous pouvons envisager un bureau asiatique qui joue un rôle encore plus important, en s’adressant plus activement aux banques centrales de la région, afin d’identifier de manière opportune et précise les domaines dans lesquels la BRI pourrait maximiser l’efficacité de son soutien à tous – que ce soit dans la recherche, les activités de coopération ou les services bancaires. Nous voulons transférer une partie du processus décisionnel de Bâle à Hong Kong, dans un contexte de coordination accrue entre les bureaux.

Conformément à cette aspiration, le symposium de cet après-midi célébrera non seulement les réalisations du Bureau asiatique jusqu’à présent, mais nous aidera également à orienter nos travaux. Le thème du symposium est donc « Nouveaux défis pour la banque centrale ».

La première des deux sessions portera sur « La mondialisation et la politique monétaire ». À maintes reprises, nous avons vu à quel point les liens transfrontaliers étaient d’une importance cruciale pour comprendre l’impact de la politique monétaire. Même face au protectionnisme commercial, les liens financiers qui unissent les actions des décideurs en matière de politique monétaire pourraient très bien gagner en importance à l’avenir. L’identification précoce des retombées potentielles est essentielle pour déterminer les meilleures politiques permettant de contenir les externalités défavorables.

La deuxième session portera sur « La technologie, le système financier et les banques centrales ». Ce sujet est particulièrement à propos compte tenu de la position de l’Asie à l’avant-garde de l’innovation financière. Je suis émerveillé par le travail de la plupart des banques centrales présentes ici aujourd’hui. Ils ont encouragé l’innovation, tout en les sensibilisant aux risques et à la nécessité d’une gestion des risques à la pointe de la technologie. Nous sommes convaincus que la BRI peut, avec vos conseils, apporter une valeur ajoutée dans ces domaines, afin de pouvoir jouer un rôle plus efficace dans la coopération entre banques centrales en ces temps exceptionnellement passionnants. 

J’attends avec impatience les discussions d’aujourd’hui.

Je vous remercie.