Le terme néonazisme fait référence à un ensemble d’idéologies se réclamant du national-socialisme « historique ». Considérant que le nazisme avait disparu en 1945, avec la mort d’Adolf Hitler et la chute du IIIe Reich, les politologues nommèrent ces idéologies « néonazisme ».

Le néonazisme s’est identifié en France à l’activité de certaines personnes, comme René Binet, responsable français du Nouvel ordre européen, et de divers groupes très minoritaires. Certains groupes néonazis français ont attiré l’attention du public, comme la Fédération d’action nationale et européenne (FANE), puis le Parti nationaliste français et européen (PNFE). La FANE a été dissoute dans les années 1980 et le PNFE a disparu au cours des années 1990 ; depuis, les néonazis français ne possèdent plus de structure propre. Un site internet intitulé « Phénix » et se présentant comme celui du « Mouvement national-socialiste français » » a été créé en 2001. En février 2009, le webmestre présumé du site Phénix – MNSF a été interpellé dans le Nord-Pas-de-Calais ; le site a été suspendu dans la foulée.

En octobre 2009, une soirée néonazie est organisée à Chozeau, en Isère. Alors que le maire ignorait qu’il s’agissait d’un groupuscule néonazi, 150 partisans s’y étaient réunis.

Une organisation néofasciste baptisée la « Droite socialiste » puis « Parti solidaire français » s’est également développée depuis 2007 en région parisienne, inquiétant sérieusement les RG.

Un site internet francophone se présentant comme celui d’une « confédération nationale-socialiste » du nom de Aime et Sers a fait son apparition au début de l’année 2008.

Bien que relativement similaires du point de vue des idées, ces courants de pensée se démarquent les uns des autres par certains détails :

  • le choix d’Adolf Hitler comme référent politique et l’adhésion à ses idées ;
  • la politique à l’égard des étrangers : cela va de l’instauration d’une dictature bienveillante à celui d’un esclavage pur et simple ;
  • la politique à l’égard des victimes du IIIe Reich : certains courants sont indifférents, d’autres veulent « finir le travail ». D’autres encore nient que le régime hitlérien ait pratiqué une politique génocidaire et jugent par conséquent inopportun tout débat à ce sujet ;
  • le mode opératoire : certaines organisations tolèrent, voire préconisent l’usage de la violence tandis que d’autres y sont farouchement opposées ;
  • le choix de l’emblème employé, en l’occurrence un recyclage d’emblèmes runiques ou celtiques, faisant référence au patrimoine culturel européen, et des emblèmes nazis d’époque ;
  • certains reconnaissent les crimes nazis de la Seconde guerre mondiale et se réclament d’un « national-socialisme sans les camps. »

Les autres symboles sont la croix gammée, le 88, le 14, le 311, le 18 (1 comme la première lettre de l’alphabet A, et 8 comme la 8e, H : Adolf Hitler). Des organisations internationales fédérant des groupes néonazis de plusieurs pays sont apparues à diverses époques, comme le Nouvel ordre européen en 1951, ou la World Union of National Socialists en 1962.

Actuellement, le néonazisme est présent un peu partout dans le monde :

  • durant l’été 2004, au cours d’un match du championnat d’Europe de football opposant l’Allemagne aux Pays-Bas, des supporters allemands ont brandi le Reichskriegsfahne, un drapeau de la Seconde Guerre mondiale interdit en Allemagne. Tout au long du match, une minorité de supporters allemands s’est fait remarquer par des chants homophobes destinés aux Néerlandais;
  • sur Internet, existent des forums où des personnes se revendiquant « aryennes » expriment leurs opinions racistes et néonazies. Très organisée, cette communauté aborde tous les sujets (idéologies, religions, politiques intérieures et extérieures de divers pays, environnement, législations, histoire, musiques, distractions, etc.).

Il importe de distinguer dans le néonazisme deux courants ne se fréquentant guère. L’un se veut essentiellement politique, l’autre constitue bien davantage une attitude générale de refus, volontairement provocateur, de certains aspects de la société actuelle. Dans Rêve de fer, l’écrivain Norman Spinrad mentionna cette deuxième mouvance, parlant de ceux « qui sont néonazis en 1995 pour la même raison qu’ils auraient été punks en 1980 » et marqueraient selon lui « davantage d’intérêt pour les décorations flamboyantes que pour la politique et l’économie ».