Tout cela est possible, mais pas sans vous. Vous avez aujourd'hui le choix, le pouvoir d'opter pour un véritable projet européen et de dire l'Europe que vous attendez. Dans moins de deux semaines vous serez appelés à choisir votre Europe. Vous voulez une Europe solidaire, une Europe sociale, une Europe démocratique,protectrice de nos industries et présente sur la scène internationale alors déplacez-vous et faites le bon choix le 25 mai prochain!

Ne nous voilons pas la face, l’Europe vit aujourd’hui une crise sans précédent. Partout dans l’Union, d’Athènes à Lisbonne, en passant par Rome et Madrid, les maux sont identiques: un chômage de masse, une pauvreté de plus en plus importante et des États surendettés. Les tensions sociales sont vives et, cherchant un responsable à leurs maux, les Européens – bien aidés par des dirigeants et personnalités politiques se servant de l’Europe comme bouc-émissaire – pointent du doigt une Union européenne devenue opaque et illisible.

Pourtant lorsqu’on me demande, l’air dubitatif, ce qu’a fait l’Europe ces cinq dernières années et quelle a été mon action en tant que députée européenne, de nombreux dossiers synonymes d’avancées très concrètes me viennent immédiatement à l’esprit.

Parmi eux, je pense tout d’abord aux réformes entamées en matière de gouvernance économique et de régulation financière, suite à la crise des subprimes. Je pense ensuite à un dossier pour lequel mes collègues du Mouvement Démocrate, et moi-même, n’avons cessé de combattre : le maintien de l’aide aux plus démunis dans le budget de l’Union européenne et la création d’un nouveau Fonds européen d’aide aux plus démunis, un symbole de la solidarité entre les citoyens européens ! Je pense encore, dans le domaine viticole, au maintien des droits de plantations, une victoire du Parlement Européen pour la protection et la défense de nos territoires et nos terroirs. Il existe beaucoup d’autres exemples de décisions et législations de l’Union européenne qui ont ou auront un impact sur nos vies et celles de nos enfants: la refonte du programme Erasmus qui encourage la mobilité étudiante au sein de l’Europe; la fin du « roaming« , ces frais supplémentaires que l’on paye lorsque l’on passe des communications vers ou depuis l’étranger; la directive « Droits des consommateurs » qui renforce la protection des consommateurs; la directive sur le droit des passagers aériens qui nous permettra très prochainement d’avoir deux bagages en cabine et ce même lorsque nous voyageons avec une compagnie low cost. Et encore ne s’agit-il là que de quelques exemples d’avancées concrètes permises par l’Union Européenne parmi beaucoup d’autres.
 
Et aujourd’hui, nous pouvons – et devons – aller plus loin, car l’Europe est la seule réponse à la crise que nous traversons.
Mais donnons ensemble un nouveau cap à l’Europe. Soyons audacieux et choisissons d’aller de l’avant plutôt que de nous replier sur nous-mêmes. Souvenons-nous du chemin parcouru depuis les deux guerres mondiales et retrouvons la volonté politique des débuts pour créer une Europe plus solidaire, plus sociale et plus démocratique. Les citoyens sont au cœur du projet européen, c’est vous qui avez le pouvoir de décider.
La première des choses à faire consiste à redéfinir les priorités. À mes yeux, les véritables enjeux sont actuellement l’emploi et la jeunesse, la lutte contre le chômage et la compétitivité des entreprises européennes. Nous savons que les « mesurettes » actuelles ne suffisent pas. C’est pourquoi nous devons mettre en place de véritables politiques soutenant les jeunes en difficulté, encourageant le développement des secteurs d’avenir tels que l’économie verte et renforçant nos PME qui constituent les véritables poumons économiques de l’Europe.
Ensuite, nous devrons d’urgence nous lancer dans la réforme des institutions de l’Union. Mettons un terme à l’illisibilité européenne et choisissons un véritable Président de l’Union européenne, une personnalité politique charismatique qui saura incarner un leadership fort. Ce leader aura alors besoin d’un budget européen conséquent avec des ressources propres, de la collaboration des États membres et, surtout, du soutien des citoyens. 
Tout cela est possible, mais pas sans vous. Vous avez aujourd’hui le choix, le pouvoir d’opter pour un véritable projet européen et de dire l’Europe que vous attendez. Dans moins de deux semaines vous serez appelés à choisir votre Europe. Vous voulez une Europe solidaire, une Europe socialeune Europe démocratique,protectrice de nos industries et présente sur la scène internationale alors déplacez-vous et faites le bon choix le 25 mai prochain!
Nathalie Griesbeck