Ce mardi 17 avril, Emmanuel Macron, président de la République française, s’est rendu à Strasbourg dans le cadre de la session plénière du Parlement européen. Porteur d’un discours fort, déterminé et concret, le Président Emmanuel Macron s’est exprimé et a débattu avec les députés européens dans l’hémicycle sur l’avenir de l’Europe, en insistant sur l’importance des enjeux discutés au Parlement européen, selon lui « siège de la vitalité européenne », dans la défense des valeurs démocratiques de l’Europe, dans et au-delà des limites de l’Union.

« Face à l’autoritarisme, la réponse n’est pas la démocratie autoritaire mais l’autorité de la démocratie », a notamment déclaré le Président, en rappelant à plusieurs reprises sa volonté d’une Europe souveraine et unie, dans la diversité. Nathalie Griesbeck, engagée aux côtés du Président Emmanuel Macron s’est réjouie de ces messages porteurs d’espoir pour l’avenir de la démocratie européenne, et a accueilli avec satisfaction la proposition d’augmenter la contribution de la France au budget européen pour faire face aux nouveaux défis des années à venir. Nathalie Griesbeck, avec la délégation française de l’Alliance des Démocrates et des Libéraux pour l’Europe (ADLE) dont elle est membre, a ensuite rencontré personnellement Emmanuel Macron pour échanger plus longuement sur leur vision de l’Europe, à un an des prochaines élections européennes, mais aussi sur les dossiers de la commission Libertés civiles, justice et affaires intérieures et de la commission Terrorisme, dont elle est la Présidente.

En effet, au cours de son intervention, le Président de la République n’a eu de cesse de rappeler l’importance du rôle de l’Union européenne en matière de sécurité. Cette réunion a été suivie d’un déjeuner privé avec le président du Parlement européen Antonio Tajani, organisé en l’honneur de la venue du chef d’État, auquel Nathalie Griesbeck a participé. Nathalie Griesbeck a enfin accompagné le Président Emmanuel Macron au Lieu d’Europe, proche du Parlement, pour la signature du contrat triennal « Strasbourg, Capitale européenne ».

Ce contrat détermine jusqu’à 2020 les ressources spécialement dédiées à Strasbourg et sa région par l’État français pour assurer son statut de Capitale Européenne : il s’agit d’un outil primordial pour la pérennité du siège strasbourgeois du Parlement européen, dont la défense est un engagement solennel d’Emmanuel Macron. À l’issue de cette journée placée sous le signe de l’optimisme et de l’audace, Nathalie Griesbeck s’est exprimée : « Enfin un Président français prêt à se battre pour l’Europe ! Je suis aujourd’hui triplement fière : comme française, comme européenne, et comme centriste. La venue d’Emmanuel Macron dans notre Parlement, qu’il a justement qualifié de « miracle européen », est une source d’espoir. Je défends depuis de nombreuses années au sein même du Parlement la vision qu’il porte aujourd’hui.

Je suis comme lui en faveur d’une réflexion profonde sur l’avenir de l’Union européenne : il faut en débattre, la repenser, la critiquer, et en reconnaître les bienfaits, tout en combattant les discours préconçus, périmés et archaïques. Je suis heureuse de voir que notre chef d’État a intégré ces idées et est prêt à provoquer le débat, à revitaliser nos démocraties. Il en va de l’avenir de notre continent ! »

Élue depuis 2004 au Parlement européen sur la circonscription Est, Nathalie Griesbeck est par ailleurs Vice-présidente du MoDem (Mouvement Démocrate)