mimi_opt

Capturée par des combattants pro-russes non loin de Louhansk le 17 juin 2014, puis transportée illégalement en Russie, l’Ukrainienne Nadia Savtchenko défie le régime de Poutine depuis la barre du tribunal.

Depuis, un simulacre de procès qui rappelle les tribunaux staliniens s’est déroulé à Donetsk, dans la région du Rostov-sur-le Don. Malgré de nombreux appels à la libération de Nadia Savtchenko des organisations de défense des Droits de l’Homme, des hommes et des femmes politiques, l‘APCE, le Conseil de l’Europe ou encore de la Mairie de Paris, rien ne laisse penser que Nadia ne sera pas condamnée par la « justice » russe.

Face à cette injustice, le 2 mars, devant le tribunal elle déclara: “Ce procès a permis de mettre en lumière la culpabilité des médias russes, qui ont envoyé leurs journalistes vers une mort certaine, sans même leur fournir de gilets pare-balle, [] la culpabilité des forces russes qui ont envahi le Donbass [] la culpabilité de la Russie qui s’est emparée de la Crimée et a mis le feu au Donbass [] la culpabilité du FSB et du Comité d’enquête, qui arrêtent des ukrainiens, comme Sentsov et tant d’autres, et les torturent pour leur faire avouer des crimes imaginaires.

[…] Une seule culpabilité n’a pas été prouvée ici : la mienne.

Elle promit alors que si le verdict n’est pas rendu par le tribunal dans les deux semaines à venir, elle commencerait une grève de soif, en complément de sa deuxième grève de la faim qui dure depuis plus de 11 semaines.

Le, lendemain, le 3 mars, le « tribunal » russe priva Nadia Savtchenko de son droit à une ultime déclaration. Elle écrit, alors, dans une lettre qu’elle mettait en œuvre sa menace : “[…]la Russie me rendra à l’Ukraine. Morte ou vivante, mais elle me rendra !

Nous appelons toutes celles et tous ceux pour qui la justice et les Droits de l’Homme ne sont pas dénués de sens à exiger la libération immédiate de Nadia Savtchenko !

De nombreux rassemblements dans le monde, et plus particulièrement en France sont prévus dans les jours à venir :

A Paris, le 9 Mars 2016, devant l’Ambassade de la Russie à 18h30.

A Marseille, le 9 Mars 2016, devant le Consulat Général de la Russie à 13h.

I. Reshetnyak