La semaine qui vient de s’écouler est l’occasion pour moi de mettre en exergue le comportement de quatre acteurs politiques de notre territoire pour illustrer une petite comédie humaine pour reprendre le fameux titre balzacien.

Nancy Canaud tout d’abord, élue Les Republicains qui siège avec moi à la ville : Nancy comme le souligne le midi Libre de ce jour (reproduit ci-dessous) a le courage, que je n’ai pas eu à ce jour je dois l’avouer, d’affronter en tant que candidate aux législatives (élection à laquelle je ne suis toutefois pas candidat) ce que nous appelons communément le « terrain » et d’assumer son soutien à François Fillon. Le journaliste fait référence au « courage » de Nancy. Le terme est même faible car Nancy et ses amis, ne soutenaient pas forcément François Fillon lors de la primaire mais malgré cela ils font le boulot et acceptent de défendre sa candidature. Bravo à eux car ils font cela par conviction et non pas par intérêt personnel. Peu importe ce que nous pensons les uns les autres de François Fillon, il est toujours rassurant de savoir qu’il y a encore des personnes qui se battent pour leurs convictions.

Patrick Vignal ensuite : Patrick est député PS et élu à la ville de Montpellier. Je tiens tout d’abord à préciser que je connais (un peu) l’homme pour qui j’ai plutôt de la sympathie même si je ne partage pas ses idées politiques. Patrick hésite en ce moment entre son parti et Macron et le fait savoir à qui veut bien l’écouter. Je n’ai pas d’autre conseil à lui donner que celui de suivre ses convictions et non pas la mode contrairement au troisième personnage de ce petit état des lieux. Il est apprécié par son authenticité, qu’il ne gâche pas cette qualité.

Philippe Saurel ensuite : pas la peine de présenter celui qui se vante d’avoir révolutionné la vie politique française et qui n’est en fait que la queue de la comète d’un vieux monde politique qui ne vit que de compromissions intellectuelles permettant de survivre à toutes les époques. Après avoir été Vallsiste sous Valls il est désormais Macroniste sous Macron. Il a avancé son calendrier de soutien à Emmanuel Macron pour couper l’herbe sous le pied à toutes les personnes qui espéraient de bonne (il y en a heureusement beaucoup) ou de mauvaise (il y en a hélas beaucoup) profiter localement de la poussée médiatique de la nouvelle star des médias pour se faire élire à peu de frais. Je dois avouer que l’espace de quelques semaines j’ai cru que Philipe Saurel pouvait incarner un renouveau, je me suis trompé et je ne regrette absolument pas d’avoir refusé les différentes offres de trahison qui m’ont été faites pour le rejoindre une fois élu.

Michaël Delafosse enfin : élu à la ville de Montpellier lui aussi, conseiller départemental PS : beaucoup de choses nous opposent politiquement mais je dois avouer que comme pour Nancy Canaud ci-dessus, je lui reconnais la cohérence des convictions : il a toujours soutenu Benoit Hamon même au plus bas des sondages. Son candidat désormais vainqueur des primaires il essaye de fédérer la gauche localement autour d’un projet qui même s’il me paraît par de nombreux aspects utopique, n’en est pas moins sincère.

Voilà mon petit billet d’humeur du jour que l’on peut synthétiser par cette pensée personnelle qui ne demande qu’à être améliorée  » le rôle du politique n’est pas de suivre le vent mais de le faire souffler ».

BiSes à celles et ceux qui me font l’amitié de me lire

Image may contain: text
A.Larue