Caroline POZMENTIER-SPORTICH est Vice-Présidente du Conseil Régional Sud – Provence-Alpes-Côte d’Azur déléguée aux Relations Internationales (depuis 2017), après avoir été déléguée à la Prévention de la Délinquance et à la Sécurité (2015-2017). Elle est également Adjointe au Maire de Marseille déléguée à la Sécurité Publique et à la Prévention de la Délinquance (depuis 2008).

Titulaire d’une maîtrise en droit (mention Carrières judiciaires) et d’un diplôme d’études approfondies (DEA) de Droit pénal et de Sciences criminelles de la Faculté de Droit et de Science Politique d’Aix-Marseille-III, Caroline POZMENTIER-SPORTICH est inscrite au Barreau de Marseille et a exercé la profession d’avocate avant de s’investir dans ses mandats électifs. Présidente-fondatrice de la Chambre de commerce France-Israël Marseille-Provence (2006-2018), elle est depuis 2018 Présidente de la Chambre de commerce France-Israël Sud – Provence-Alpes-Côte d’Azur (CCFI Sud).

Caroline Pozmentier – Décembre 2011 – Marseille – Tous Droits Réservés – Denis Dalmasso

Depuis 2017, suite à l’élection de Renaud MUSELIER aux fonctions de Président du Conseil Régional Sud – Provence-Alpes-Côte d’Azur, Caroline POZMENTIER-SPORTICH est Vice-Présidente du Conseil Régional Sud – Provence-Alpes-Côte d’Azur déléguée aux Relations Internationales. Elle porte la politique internationale du Président, fondée sur l’objectif d’affirmer le rayonnement de la Région en Méditerranée, en Europe et dans le monde entier, grâce à une diplomatie territoriale volontariste et une stratégie économique ambitieuse. Dans ce cadre, elle a notamment dirigé une délégation régionale au Japon (5-10 novembre 2017) et pris part au déplacement de Renaud MUSELIER aux États-Unis (8-11 janvier 2018) à l’occasion du CES de Las Vegas. Elle copréside également le comité de pilotage de l’Opération d’Intérêt Régional (OIR) Smart Tech, qui vise à permettre à la Région de constituer une référence internationale dans les technologies du numérique, de l’optique/photonique et de la chimie/matériaux et d’accéder au rang de « Smart Région » n°1 en Europe. Avec la désignation de la Région Sud comme région-pilote de la réforme du dispositif de soutien public à l’export, elle a mis en œuvre le projet « Team Sud Export », officiellement lancé le 18 juin 2018 aux côtés des partenaires de la Région – État, Business France, CCIR, Bpifrance et CCEF –, ainsi que de l’ensemble des opérateurs régionaux dans le but de fournir aux entreprises un soutien plus lisible et plus efficace afin de les encourager à se lancer à l’export ou de renforcer leurs positions sur les marchés internationaux.

Entre 2015 et 2017, sous la présidence de Christian ESTROSI, Caroline POZMENTIER-SPORTICH a exercé les fonctions de Vice-Présidente du Conseil Régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur déléguée à la Prévention de la Délinquance et à la Sécurité. Au-delà du renforcement de l’implication de la Région dans la sécurité des structures qui relèvent de son autorité (lycées, réseau TER, etc.), elle a porté l’ambition d’une politique novatrice et volontariste visant à faire du Conseil Régional un partenaire de premier plan de l’État et des autres collectivités en matière de prévention et de sécurité des Provençaux, Alpins et Azuréens.

Depuis 2008, Caroline POZMENTIER-SPORTICH est également Adjointe au Maire de Marseille déléguée à la Sécurité Publique et à la Prévention de la Délinquance. Elle porte la politique de sécurité et de prévention de la Municipalité de Jean-Claude GAUDIN, Maire de Marseille, Président de la Métropole d’Aix-Marseille-Provence et Premier Vice-Président honoraire du Sénat, au nom duquel elle préside le Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD) de Marseille, dans une stratégie de coproduction de sécurité avec l’État et tous les acteurs de la sécurité des citoyens. Elle est à l’origine du renforcement sans précédent de la Police Municipale de Marseille : doublement des effectifs (450 agents aujourd’hui, 600 d’ici 2020) ; amélioration de la formation ; équipement en armes létales, gilets pare-balles, caméras mobiles individuelles, PDA professionnels ; extension du temps de présence sur la voie publique (mise en place d’une brigade de nuit). Elle a également conduit le développement du réseau municipal de vidéo-protection sur l’ensemble du territoire marseillais (1.020 caméras aujourd’hui, 1.500 d’ici 2020, bientôt équipées d’un logiciel de vidéo-surveillance intelligente) autour du Centre de supervision urbain (CSU) de la Ville de Marseille, inauguré en 2013. Enfin, elle a mis en œuvre la création d’une « plate-forme municipale de données », initiative inédite dans une grande ville d’Europe visant à mettre à profit le patrimoine de données de la Municipalité et de ses partenaires pour fournir une aide à la décision aux autorités en matière de tranquillité publique, franchissant un pas décisif dans l’évolution de Marseille en ville sûre (« safe city »), première étape vers le statut de ville intelligente (« smart city »).