Mario-Draghi

« Après plusieurs semaines tumultueuses, les marchés retrouvent une certaine quiétude dans l’attente de plusieurs rendez-vous au sommet. Les fondamentaux qui ont été écartés du devant de la scène depuis l’épisode Brexit semblent revenir au cœur du débat et soutiennent la cote sur la plupart des bourses européennes, asiatiques et américaines. Parmi les bonnes nouvelles, les intervenants retiennent la publication du PIB Chinois qui est resté stable au troisième trimestre. Les cours du pétrole retrouvent également de l’envergure à court terme : une tendance qui fait mouche après les nombreux soubresauts provoqués par l’or noir sur les derniers mois. Ces indicateurs se conjuguent petit à petit aux résultats d’entreprises qui sont pour le moment positifs aussi bien sur le Vieux Continent qu’outre-Atlantique. Carrefour, Thales et Edenred ont notamment marqué les esprits au cours de la dernière séance parisienne avec des résultats plus qu’encourageants. Cette salve d’indicateurs n’arrive cependant pas à faire oublier les discours des banques centrales. En effet, Mario Draghi continue d’appuyer son programme de rachats d’actifs jusqu’en mars 2017 et probablement au-delà de cette échéance clé. La Réserve fédérale américaine quant à elle continue de préparer les marchés à une potentielle hausse des taux d’intérêts malgré le scrutin présidentiel qui s’ouvrira le 8 novembre prochain. Le dénouement de ces évènements majeurs déterminera la réelle tendance des marchés pour cette fin d’année et début 2017. Dans ce contexte, la plupart des indices évoluent dans des ranges solides mais l’accalmie pourrait être de courte durée. »