vino_opt

ECONOMIE – D’après les prévisions de l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin, l’Italie devrait devancer la France en termes de production de vins en 2015.

Dans un rapport indiquant ses prévisions pour 2015, l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin (OIV) a chiffré à 275,7 millions d’hectolitres la production mondiale de vins pour cette année. Mais cette hausse de 2% ne profiterait pas qu’à la France…

1er producteur mondial

Historiquement connue dans le monde pour sa production de vins, la France pourrait perdre d’ici la fin de l’année sa place de premier producteur mondial. L’OIV a en effet estimé à 47,4 millions d’hectolitres sa production, contre 48,9 millions d’hectolitres pour l’Italie qui, de ce fait, deviendrait leader. L’Espagne, en troisième position, ne serait pas un concurrent dangereux avec une production de 36,6 millions d’hectolitres. Viendront ensuite les Etats-Unis, l’argentine, le Chili, l’Australie et la Nouvelle-Zélande (avec une production de vins respective de 22.1, 13.4, 12.87, 12 et 2,4 millions d’hectolitres). Ce ne serait pas la première fois que la France perdrait sa première place de producteur mondial. Elle a toutefois déjà montré en 2014 qu’elle pouvait reprendre son poste. Avec 46,2 millions d’hectolitres, elle se positionnait alors devant l’Italie et l’Espagne (44,4 et 37 millions d’hectolitres). Les choses n’ont décidément

pas vraiment changé…

1er vignoble du monde

C’est l’Espagne qui détient la place de premier vignoble du monde avec 1,021 millions d’hectares de vignes. La France n’est que troisième avec 792 000 hectares. Avec 7 000 hectares supplémentaires, la Chine la devance. Il faut dire qu’elle profite d’une tendance favorable puisque l’Union européenne réduit ses surfaces cultivées. Entre 2013 et 2014, l’OIV avait d’ailleurs souligné une diminution de 21 000 hectares. Dans le même temps, la Chine, elle, a développé considérablement son potentiel sur le marché du vin. Elle contiendrait 10,6% des vignes à l’échelle mondiale (la France 10,5%). En 2000, ce chiffre était inférieur à 4%. Au bilan, la France produit plus de vins que la Chine, avec moins d’hectares, ce qui montre bien que les terres d’ici sont adaptées à ce type de production. Rappelons enfin que le sud de la France bénéficie de conditions favorables qui lui permettent d’être la première région viticole au monde.

1er exportateur de vins

Bonne nouvelle pour la France. Détrôné par l’Italie en termes de production, elle n’a pas perdu son titre de premier exportateur mondial de vins. La qualité des vins français n’est plus à prouver. La baisse de la production, explicable par les mauvaises conditions météorologiques, n’a pas suffi à décourager les pays importateurs de vins français. Ainsi, l’équivalent de 8 milliards d’euros aurait déjà été vendu cette année. Le marché se porte donc bien.

1er consommateur de vins

Si la France reste tout de même sur le podium, elle n’est que le deuxième pays consommateur de vins avec, selon l’OIV, 27,9 millions d’hectolitres. Battue par les Etats-Unis (30,7 millions d’hectolitres), elle distance toutefois encore l’Italie (20,4 millions d’hectolitres), ainsi que l’Allemagne et la Chine (respectivement 20,2 et 15,8 millions d’hectolitres). Si l’on en croit l’Organisation Internationale du Vin, l’Europe consommerait donc de moins en moins de vin. En revanche, la consommation mondiale pourrait connaitre une augmentation de 3,7% d’ici 2018, notamment grâce à la Chine et les Etats-Unis.

Si pour cette année la France doit céder sa place de numéro un, elle n’aura en réalité pas tout perdu. Les conditions de sécheresse ont en effet permis de réaliser une cuvée 2015 de très bonne qualité. Le millésime associé sera donc particulièrement recommandable et appréciable, un constat qui a déjà convaincu de nombreux acheteurs, dont le Qatar