Louis Giscard d’Estaing milite notamment pour l’instauration d’un billet de banque d’un Euro comme c’est le cas aux États-Unis avec le billet d’un Dollar américain. Cette initiative aurait, en plus de l’avantage pratique de pouvoir s’échanger dans un bureau de change, à la différence des pièces, d’espérer une meilleure prise en compte de la valeur de l’Euro sur le pouvoir d’achat des Européens.Député de la 3e circonscription du Puy-de-Dôme, sur les terres de son père, depuis 2002, il est réélu le 17 juin 2007, pour la XIIIe législature (2007-2012), dans la même circonscription. Il est vice-président de l’Assemblée nationale de juillet 2011 à juin 2012.
Le 17 juin 2012, il est battu dans la 3e circonscription du Puy-de-Dôme avec 49,17 % des voix, face à la candidate écologiste Danielle Auroi
 
Louis Giscard d’Estaing travaille pour le groupe LVMH en Grande-Bretagne, aux États-Unis et en France lorsqu’il ouvre sa carrière politique. Il a par ailleurs fondé une entreprise d’édition et de presse spécialisée à l’âge de 23 ans, Étalons Éditions, qui existe toujours trente ans après sa création.
Diplômé de l’ESC Rouen et du DESS de Défense de Paris II, il est le premier et à ce jour le seul député diplômé du MBA de l’INSEAD.