Le taux de dépendance démographique (rapport entre la population de plus de 65 ans et la population de 15 à 64 ans) passerait de 30 % en 2016 à 52 % en 2070 dans l’Union européenne. C’est en Suède et en France qu’il augmenterait le moins (de 30 à 45 % en France).

Dans l’Union européenne, les dépenses publiques de retraite seraient en 2070 à peu près au même niveau qu’en 2016 (11,0 % du PIB). La France est parmi les trois pays où elles diminueraient le plus (de 15,0 à 11,8 % du PIB). En Allemagne, elles passeraient de 10,1 à 12,5 % du PIB.

Les dépenses publiques associées à la dépendance sont partout difficiles à mesurer et les comparaisons internationales sont très fragiles. Elles augmenteraient dans tous les pays tout en restant à un niveau relativement limité.

Les dépenses publiques de santé de l’Union européenne passeraient de 6,8 % du PIB en 2016 à 7,7 % en 2070. Elles augmenteraient moins en France (de 7,9 à 8,3 % du PIB) et beaucoup plus au Royaume-Uni (de 7,9 à 9,4 %).

Dans l’ensemble de l’Union européenne et dans la plupart des pays, les dépenses publiques d’éducation ne varieraient pas beaucoup à l’horizon de 2070 par rapport à leur niveau de 2016 (4,5 % du PIB en moyenne). En France, elles diminueraient de 4,8 % du PIB en 2016 à 4,4 % en 2070.

Le total des dépenses publiques dépendantes des évolutions démographiques augmenterait de 25,0 % du PIB en 2016 à 26,6 % en 2070 dans l’Union européenne. La France figure parmi les trois pays où ce total diminuerait le plus (de 31,0 à 28,0 %). Il augmenterait d’environ 4 points de PIB en Allemagne et au Royaume-Uni et diminuerait légèrement (d’environ 0,3 point de PIB) en Italie et en Espagne.

E françois