IL n’y a pas d’humanité sans échange entre les hommes, Axel Kahn, en est, comme d’autres, persuadé. C’estpourquoi le partage, le troc et le commerce ont joué depuis les origines un rôle si essentiel dans l’édification des sociétés humaines. Il s’est toujours agi, jusqu’au XVIIe siècle, de garantir la meilleure satisfaction conjointe des besoins individuels et du bien commun. Le pessimisme de la conception libérale quant à la nature humaine devait cependant perturber cette belle certitude : comment une société d’êtres fondamentalement égoïstes peutelle défendre l’intérêt général ? Dès cet instant, deux courants du libéralisme économique se sont opposés, celui pour lequel les vices privés conduisent à eux seuls aux vertus publiques et celui qui juge indispensable l’intervention d’un régulateur garant du bien commun.
Axel Kahn explique comment le succès, dans les années 1980, de la première ligne, a plongé le monde dans la crise ; il fait le pronostic que, sans réhabilitation du concept d’intérêt général, cette crise sera fatale au libéralisme.