C’est le feuilleton culte de l’été qui mobilise autant que la coupe du monde de football et le tour de France cycliste : « L’affaire BENALLA ». Pour les chaînes de télévision, l’indice d’audience est au plus haut et les journaux trouvent, là, matière à noircir leurs colonnes…

Chacun y va de son petit refrain et les opposants au régime « macroniste », soucieux de déstabiliser le Pouvoir ou se délectant de sa mise à mal, se repaissent de cette saga en tentant désormais de mettre à bas « Jupiter » ou « Choupinet 1er »…

D’un fait divers qui ne méritait pas que l’on s’y attardât inconsidérément tant ce type d’intervention est banal et propre aux manifestations violentes de rues, on est parvenu à susciter une « affaire d’Etat ». Exercice réussie pour l’opposition !

Dès lors, bon nombre de Français qui ne cessent pourtant de se plaindre face à l’inertie des pouvoirs publics et au laxisme des juges quand il s’agit de juger la racaille, les casseurs et autres émeutiers professionnels, se réjouissent tout autant de cette « affaire BENALLA » négligeant de dissocier le fait divers du politique.

Sous prétexte de faire de « l’anti macronisme », les voici qui rejoignent –tels des « moutons de Panurge »- le troupeau bêlant des « idiots utiles », des hypocrites et des « moralistes au grand cœur »…

Si Lahcène Benahlia n’était un proche de Macron, qui aurait mis en lumière cet incident ?… Si les vidéos avaient simplement montré un policier tabasser un casseur, qui aurait eu l’idée de l’exploiter en en faisant une « affaire d’Etat » ?… La logique eût été d’éviter tout amalgame entre les quelques gifles infligées à un voyou et l’exploitation politique outrancière qui s’en est suivie…

Dès lors, tout cela apparaissant comme une sordide exploitation démagogique de l’événement, on ne peut que déplorer le tollé retentissant de ces « vertueux bien-pensants » s’acharnant sur un homme (peu scrupuleux au demeurant !) qui a contrevenu aux règles de l’accoutumance et de la routine en s’attaquant directement et sans ménagement aux casseurs. Ce sont généralement ces mêmes « vertueux » qui, dans d’autres situations, ne cessent de dénoncer le laxisme et la mollesse des forces de l’ordre quand elles demeurent « l’arme au pied » face aux exactions et aux pillages…

Pour une fois qu’il en est un –même aussi douteux- qui s’emploie à « faire le ménage » dans les rangs de la racaille, le voilà qui s’attire aussitôt les foudres de « l’intelligentsia » !…

Que ce « nettoyeur » -proche de MACRON- use et abuse de ses prérogatives, ne change rien à ce qui demeure un fait divers. Le discernement, la sagesse, le bon sens et la clairvoyance devaient prévaloir sur toute autre considération. Il serait bon, par delà les enjeux politiques, de s’abstenir de le vilipender par trop et de hurler avec les loups. Il a agi conformément à ce qui devrait être la normalité et montré la voie à suivre aux moralistes, aux frileux, aux lâches et aux poltrons. C’est, là, l’essentiel !…

joseph castano