Depuis la crise de 2008, les banques européennes font l’objet d’un encadrement bien plus strict. Et force est de constater que les acteurs français apparaissent solides.

La définition la plus commune d’une neo banque est une institution qui fournit une combinaison de compte courant, compte d’épargne et carte de débit à travers des canaux digital (principalement le mobile) sans branche physique.

Les applications de neo banques sont simples et ergonomiques, faites pour vous aider à mieux comprendre et à améliorer votre épargne et vos habitudes de dépenses.

Il est important de savoir que les neo banques ne sont habituellement pas des banques. Parfois, elles n’ont pas de licence pour être une “vraie” banque. Elles travaillent généralement avec des banques licenciées et vous fournissent une carte qui vous permet de payer et de retirer. Mais que se passerait-il dans le cas, même improbable, où l’établissement à qui vous avez confié votre argent serait dans l’impossibilité de vous restituer les sommes confiées ?

Plusieurs mécanismes gérés par le fonds de garantie des dépôts et de résolution (FGDR) permettraient alors de vous indemniser. Le premier – la garantie des dépôts – concerne les sommes déposées sur un compte courant, un compte chèque, un PEL, un Livret Jeune ou encore la partie espèces d’un PEA : le détenteur sera protégé jusqu’à 100 000 euros, cette somme n’étant pas appréciée par compte mais en agrégeant tous les comptes de chaque personne physique ou par entreprise cliente de l’établissement concerné, y compris les enfants mineurs. Imaginons le cas d’un couple avec deux enfants : si madame possède 105 000 euros sur ses comptes et monsieur 75 000 euros tandis que chaque enfant est titulaire d’un Livret Jeune pourvu de 1 500 euros.

La protection en cas de défaillance couvrirait cette famille à hauteur de 178 000 euros sur les 183 000 euros détenus au total, les seules sommes non couvertes étant la part des comptes de Madame excédant 100 000 euros. Signalons d’ailleurs que ce plafond est relevé 500 000 euros pour le cas spécifique des « dépôts exceptionnels temporaires » : il s’agit de sommes présentes sur un compte pour une durée limitée, par exemple à la suite d’une cession immobilière.