mythe_opt(1)

le mythe est une parole performative et agentive pour celui qui appartient à la culture qui l’a créé. Cette parole raconte une histoire sacrée qui relate non seulement l’origine du monde, des animaux, des plantes et de l’homme, mais aussi tous les événements primordiaux à la suite desquels l’homme est devenu ce qu’il est aujourd’hui, c’est-à-dire un être mortel, sexué, organisé en société, obligé de travailler pour vivre, et vivant selon certaines règles.

Le mythe se déroule dans un temps primordial et lointain, un temps hors de l’histoire, un Âge d’Or, un temps du rêve. Le mythe cosmogonique est « vrai » parce que le monde existe. Le mythe d’identité est « vrai » parce que la communauté dont il est l’image existe. Le mythe d’origine est « vrai » parce que la communauté le répète pour continuer de vivre. En ce sens, le mythe contient quasiment toujours des éléments de liturgie.

Réciter le mythe produit une re-création du monde par la force du rite. L’exigence du sacrifice est l’un des plus puissants. Le mythe n’est pas récité n’importe quand mais à l’occasion de cérémonies : naissances, initiations, mariages, funérailles, et tout un calendrier de fêtes et célébrations, c’est-à-dire à l’occasion d’un commencement, d’une transformation ou terminaison dont il rend compte (ou rend conte, c’est selon). Les mythes sont des références essentielles des incantations, notamment dans le chamanisme

Un mythe est un récit qui se veut explicatif et surtout fondateur d’une pratique sociale. Il est porté à l’origine par une tradition orale, qui propose une explication pour certains aspects fondamentaux du monde et de la société qui a forgé ou qui véhicule ces mythes :

  • la création du monde (cosmogonie) ;
  • les phénomènes naturels.
  • le statut de l’être humain, et notamment ses rapports avec le divin, avec la nature, avec les autres individus (d’un autre sexe, d’un autre groupe), etc. ;
  • la genèse d’une société humaine et ses relations avec les autres sociétés.

L’étude des mythes est appelée mythologie.

Le terme mythe est souvent employé pour désigner une croyance manifestement erronée au premier abord, mais qui peut se rapporter à des éléments concrets exprimés de façon symbolique1 et partagée par un nombre significatif de personnes.

Le mythe se distingue de la légende (qui suppose quelques faits historiques identifiables), du conte (qui se veut inventif sans expliquer), et du roman (qui « explique » avec peu de fondements).