L’année dernière, en Suède, la plus grande Eglise luthérienne au monde a pris la décision historique d’autoriser le mariage de couples homosexuels. Cette décision avait été soutenue et saluée par le gouvernement (de droite) et par toutes les associations qui luttent pour les droits des homosexuels.Les chrétiens qui se rendent au culte le dimanche – les « pratiquants », comme on dit – étaient nettement moins convaincus. Et l’opposition interne dans l’Eglise luthérienne était et demeure assez forte : six évêques sur quatorze sont contre ce type de mariage et une quantité non négligeable de pasteurs refusent de bénir des couples homosexuels pour des raisons théologiques. Dans presque toutes les autres Eglises, il y a toujours une résistance très forte au mariage homosexuel. L’Eglise catholique en particulier, mais aussi toutes les Eglises évangéliques (baptistes, pentecôtistes…) en sont maintenant à se demander si elles ne devraient pas renoncer au droit de marier les couples en général. Pourquoi ? Le mariage en Suède pouvant être célébré et validé aussi bien à la mairie qu’à l’église, les communautés religieuses ont peur d’être condamnées pour discrimination, en l’occurrence de nature homophobe, si elles refusent de marier les couples homosexuels. Il faut savoir que l’homophobie, en Suède comme ailleurs en Europe, est un délit particulièrement mal vu dans les médias. Et le pasteur ou le prêtre qui ose rappeler les termes bibliques en matière de mariage (il a lieu entre un homme et une femme, un point c’est tout) est vite jugé coupable sans ménagement par le grand tribunal populaire médiatique. Insupportable.