eu

OTTAWA – Aujourd’hui, les libéraux demandent à ce qu’un comité multipartite spécial mène des consultations nationales en réponse à la décision de la Cour suprême du Canada sur l’aide médicale à mourir.

« Les Canadiennes et les Canadiens s’attendent à ce que leurs député(e)s fassent preuve de leadership à ce propos et adoptent une approche responsable et respectueuse, a déclaré Justin Trudeau, le chef du Parti libéral du Canada. C’est pourquoi nous demandons qu’un comité parlementaire spécial engage immédiatement des discussions et recommande un cadre qui respecte à la fois la Charte des droits et libertés et les priorités de nos concitoyens. »

Puisqu’il ne reste plus que 12 semaines avant le congé estival du Parlement et l’élection fédérale, le gouvernement doit faire en sorte de prévoir assez de temps pour entendre l’avis des Canadiennes et des Canadiens au sujet de la décision de la Cour suprême sur l’aide médicale à mourir. C’est la raison pour laquelle la motion du Parti libéral – débattue aujourd’hui à la Chambre des communes – exigera qu’un comité multipartite commence les consultations au plus tard en mars, de manière à formuler des recommandations d’ici juillet 2015 pour la mise en place d’un cadre législatif sur cette question importante.

« L’aide médicale à mourir est une question complexe et profondément personnelle. Les Canadiennes et les Canadiens souhaitent qu’une véritable conversation s’engage sur les moyens de renforcer le soutien et les soins prodigués en fin de vie, notamment les soins palliatifs, a ajouté M. Trudeau. En tant que législateurs, il nous incombe d’agir, ce qui veut dire mener une discussion générale des plus inclusives avec l’ensemble de la population. »