Depuis que le socialiste Paul Wilwertz a quitté le Knuedler en 1970, aucun parti n’a réussi à détrôner les libéraux dans la capitale. Cela n’a pas été différent cette fois-ci.

Le partenaire de coalition Déi Gréng gardent quant à lui ses cinq sièges, les socialistes quatre, tandis que le CSV et Martine Mergen sont les grands perdants de ces élections. Ils perdent un siège et en ont cinq. L’ADR défend son unique poste et Déi Lénk font une entrée fracassante en obtenant deux sièges.

Reste plus qu’une inconnue – si l’on part du principe que la coalition DP/Déi Gréng continuera. Qui deviendra le prochain bourgmestre? Xavier Bettel a obtenu 500 votes de plus que son chef de file Paul Helminger. La décision tombera ce lundi soir à l’issue de la réunion du DP de la ville.
Xavier Bettel, qui a donc gagné le match interne du DP commente la situation ainsi. „Je suis très content et mon résultat me remplit de joie. C’est le résultat d’un travail de toute une équipe. Quant à savoir qui de nous deux, Paul Helminger ou moi-même, sera le prochain bourgmestre, je ne peux me prononcer aujourd’hui. Les 27 candidats vont se rencontrer lundi et communiquer notre décision donc à la sortie de cette réunion. Il est clair que je suis prêt à prendre mes responsabilités.“

Les autres gagnants de la journée sont Déi Lénk. Leur chef de fil, David Wagner: „Nous avons obtenu plus de voix que l’ADR. Nous serons la voix sociale du conseil communal. Les citoyens ont remarqué que le système produit des inégalités et ils veulent réagir en renforçant les partis qui ont pointé du doigt les problèmes et averti.“