Les médias aiment mettre en avant le montant des dividendes versés aux actionnaires, toujours plus élevés. Doit-on fustiger les entreprises pour reverser ces milliards de dividendes ?

On nous a présenté ça comme une énormité, une anomalie de la mondialisation. Que les entreprises dans le monde distribuent plus de 1400 milliards de dollars à ceux qui ont investi leur argent dans le capital d’une société. Mais c’est inhérent au système capitaliste et c’est plutôt une bonne nouvelle pour l’économie.

D’abord, les dividendes versés cette année sont en hausse par rapport aux années précédentes. Mais dans une économie en croissance, c’est de la pure logique économique. Le Produit Intérieur Brut augmente chaque année, et donc atteint chaque fois de nouveaux records, sinon, cela veut dire que la production baisserait. 

Les entreprises produisent chaque année plus de richesses, comparé à l’année précédente. Les dividendes, qui sont une portion du résultat d’entreprises, augmentent donc mécaniquement.

La décélération de l’économie mondiale a pourtant « commencé à se faire sentir sur les dividendes » selon l’étude de référence de la société de gestion de fonds Janus Henderson Investors qui s’est chargée de compiler toutes les données des entreprises.

Ce qu’il faut regarder, c’est que les dividendes progressent de moins en moins, d’année en année. Le taux de croissance cette année a été le plus faible en plus de deux ans. 

La France s’en tire plutôt bien, l’équivalent de 51 milliards de dollars ont été versés. Trois-quarts des entreprises françaises ont augmenté leurs dividendes par rapport au deuxième trimestre 2018, une seule exception : EDF.

L’Allemagne affiche déjà des chiffres plus mitigés : trois sociétés allemandes sur cinq ont augmenté leurs dividendes et le secteur automobile est celui qui a enregistré la moins forte hausse, avec même des réductions de dividendes chez BMW et Daimler.

L’évolution des dividendes – et non le niveau qui dépend plutôt du management – permet de juger la situation du secteur économique

Pourquoi verser un dividende ? Les entreprises ont plusieurs intérêt, parce qu’elles ont des actionnaires qui attendent une rémunération de leur argent placé dans le capital de l’entreprise. 

Elles peuvent donc se démarquer en offrant un copieux rendement aux actionnaires, pour en attirer de nouveaux ou fidéliser les plus anciens pour qu’ils restent dans la société. C’est à la fois valable pour les actionnaires de long terme, comme ceux des investisseurs en bourse. Les actions à fort dividende sont généralement recherchées. 

Verser de l’argent aux actionnaires, c’est aussi évidemment un gage de confiance sur l’avenir de la société, puisque c’est de l’argent gagné.

Quand on regarde la finance d’un niveau global, l’année 2018 a été mauvaise sur les marchés financiers, la pire depuis 2008 avec une baisse moyenne de 10% sur les principaux marchés, un peu plus en Europe qu’aux Etats-Unis. Les investisseurs n’ont pas gagné d’argent sur le cours de bourse. Les autres classes d’actifs financiers ne sont guère nombreux à offrir plus de rendements.

Alors, un moyen de les satisfaire quand même est de verser un dividende plus élevé. Avec un effet pervers : si les entreprises sont incitées à verser une part importante du dividende à leurs actionnaires, c’est de l’argent qui n’est pas réinvesti dans des projets de l’entreprise et qui ne peut donc contribuer à sa croissance future. 

Alors, un moyen de les satisfaire quand même est de verser un dividende plus élevé. Avec un effet pervers : si les entreprises sont incitées à verser une part importante du dividende à leurs actionnaires, c’est de l’argent qui n’est pas réinvesti dans des projets de l’entreprise et qui ne peut donc contribuer à sa croissance future.