L’expulsion de Leonarda a suscité une émotion que l’intervention guignolesque de François Hollande n’a fait qu’exacerber. Certes, la jeune fille se retrouve au cœur d’une tempête politico-médiatique qui la dépasse largement. Mais le rapport de l’Inspection Générale de l’Administration confirme qu’elle a été expulsée dans des conditions parfaitement dignes, et que la famille a été convenablement traitée tout au long de la procédure. Il lui a d’ailleurs été proposé une aide de 10.000 euros pour le retour au Kosovo. Ce cas sur-médiatisé nous rappelle qu’attendre plusieurs années avant d’appliquer une décision légitime d’expulsion rend celle-ci d’autant plus douloureuse.
Le PLD se déclare favorable à la liberté de circulation des personnes avec comme seule (mais importante) réserve la contrainte de notre modèle social périclitant. L’échec scolaire de masse, la généralisation du logement social, la multiplication des aides sociales en tout genre, la couverture santé ouverte à ceux qui n’ont pas cotisé et le déclin rapide de notre économie qui en découle faussent les motifs d’attraction de notre territoire, et piègent les nouveaux arrivants dans une ghettoïsation malsaine pour tous. Au lieu de valoriser l’esprit d’initiative des nouveaux migrants, notre environnement social tend à l’inhiber.
 
Les parents Dibrani ne cherchent nullement à travailler pour vivre. Leur famille bafoue régulièrement les lois de notre pays. Elle refuse en outre de scolariser ses enfants dans des conditions convenables. Le père a systématiquement menti aux autorités, notamment en abusant du sacro-saint droit d’asile. Enfin il confirme même aux journalistes attendre de la régularisation l’accès aux aides sociales pour vivre sans travailler.
 
Nous souhaitons envoyer un message clair au monde. La France reste une terre d’accueil des talents issus de tous les horizons, de tous les pays. L’immigration reste par conséquent bienvenue tant que les migrants voient leur avenir dans l’éducation et le travail, respectent les lois et ont pour ambition une intégration économique et sociale digne de ce nom. Elle sera d’autant plus facile que notre modèle social sera réformé en profondeur.

 

Le Parti Libéral Démocrate (PLD) a été fondé en 2008 par son président Aurélien Véron. Il a rassemblé depuis cette date des personnalités issues de la société civile (Arnaud Dassier, Anne Bourdu, Gaspard Koenig, Eric Juramy, Vincent Benard, Louis-Marie Bachelot) et du monde politique (Charles Beigbeder, Thierry Mouillac, Thomas Zlowodzki). Lors des élections législatives de juin 2012, 70 candidats ont porté ses couleurs. Il est parti membre de l’UDI depuis janvier 2013. Le PLD est aujourd’hui le seul parti politique qui porte l’héritage libéral français