Emmanuel Macron, head of the political movement ‘En Marche!’, or ‘Onwards!’, and candidate for the 2017 presidential election, delivers a speech as he attends a meeting for Women’s day in Paris, France, March 8,2017. REUTERS/Gonzalo Fuentes

La cote de confiance de l’exécutif est en hausse après une forte baisse le mois dernier : Emmanuel Macron obtient 36% de confiance (+2 points), Edouard Philippe 35% (+4).
L’affaire Benalla ne semble pas affecter la confiance de ses soutiens dans la politique menée.
36% des Français interrogés par Elabe pour Les Echos et Radio Classique accordent leur confiance à Emmanuel Macron pour affronter efficacement les problèmes qui se posent au pays.

Après avoir subi le mois dernier sa plus forte baisse et atteint son niveau le plus bas (-6 points), il est en légère hausse ce mois-ci (+2).

Avec 36% de confiance, cela reste son deuxième plus mauvais score depuis le début de son mandat.

6 Français sur 10 (stable) déclarent ne pas lui faire confiance, dont 33% (+2) « pas du tout confiance ». Ce taux (33%) est le score le plus élevé depuis le début du quinquennat, et est en hausse de 9 points en 3 mois. Si les opinions sont déjà structurées plus d’un an après l’élection d’Emmanuel Macron, cette tendance est le signe d’un durcissement de la défiance parmi ses opposants.

4% (-2) ne se prononcent pas.

Si l’affaire Benalla a choqué une grande partie de l’opinion publique*, elle ne semble pas avoir entamé la confiance accordée à Emmanuel Macron par ses supporters pour mener une politique qui répond aux problèmes du pays.

Dans le détail, la cote de confiance d’Emmanuel Macron est en hausse auprès des jeunes : elle progresse de 14 points auprès des personnes âgées de 18 à 24 ans (46%) et de 9 points auprès de celles âgées de 25 à 34 ans (40%).

A noter qu’elle progresse de 10 points auprès des classes moyennes (44%) et retrouve son niveau d’il y a deux mois.

Après avoir subi une forte baisse auprès des habitants des zones rurales le mois dernier, elle est en hausse de 16 points ce mois-ci (39%).

A l’inverse, elle est en nette baisse auprès des cadres (-13, 50%) et des habitants de l’agglomération parisienne (-12, 35%).

D’un point de vue politique, sa cote de confiance progresse de 10 points auprès des abstentionnistes du 1er tour (31%).

A noter qu’elle est en baisse de 10 points sur les 3 derniers mois auprès de ses propres électeurs de 1er tour (77% en août).

Le Premier ministre, Édouard Philippe, est en hausse (+4) et obtient 35% de confiance. Il avait subi une forte baisse le mois dernier (-6).

Source : Elabe