Les origines du Stade rennais remontent à 1901, alors que la pratique du football prend peu à peu son essor à Rennes et en Bretagne, après s’être largement diffusé en région parisienne, en Normandie et en NordPicardie. Le 10 mars1901, plusieurs anciens étudiants fondent un club omnisports qui prend le nom de Stade rennais. 

Fondé par d’anciens étudiants, le Stade rennais garde durant de longues décennies un lien étroit avec l’université de Rennes, que l’on retrouve dans le nom utilisé par le club de 1904 à 1972. Toutefois, s’il accueille dans ses rangs de nombreux étudiants, le Stade rennais n’est pas à proprement parler un club universitaire. Peu avant la Première Guerre mondiale, l’association générale des étudiants de Rennes (AGER) met en place son propre club sportif, le Rennes Étudiants Club (REC), qui participe aux compétitions universitaires sur le plan national. Mais en 1925 et jusqu’en 1932, le REC disparaît et le Stade rennais redevient le club sportif des étudiants Rennais. Ceux-ci obtiennent une représentation parmi les dirigeants du club, le président de l’association des étudiants devenant ainsi vice-président du SRUC. En 1932, alors que le Stade Rennais adopte le professionnalisme, le REC reprend ses activités  

Double victoire en Coupe de France (1964-1972)

C’est finalement l’arrivée de Jean Prouff aux commandes de l’effectif professionnel en 1964 qui permet au Stade Rennais UC de franchir un palier. Ancien joueur du club, il impose un style résolument offensif à son équipe, qui tranche avec les mentalités plus défensives de ses prédécesseurs au poste d’entraîneur. Dès la première saison, ce changement porte ses fruits. En championnat, le Stade Rennais égale sa meilleure performance en terminant à la quatrième place, obtenant le titre honorifique de meilleure attaque de Division 1. Surtout, l’équipe Rennaise brille en Coupe de France, au point d’atteindre la finale de l’épreuve après avoir notamment surclassé l’AS Saint-Étienne en demi-finale (3 – 0)  

En 1971, l’émergence d’une nouvelle génération de joueurs permet au Stade rennais de renouveler sa performance de 1965. Le parcours rennais est marqué par une demi-finale retour remportée à l’arraché devant l’Olympique de Marseille, le gardien de but Marcel Aubour se montrant décisif lors de la séance de tirs au but censée désigner le finaliste de la compétition. La finale de la Coupe de France, disputée au Stade olympique de Colombes le 20 juin1971, oppose les Rennais à l’Olympique lyonnais et ses internationaux Serge Chiesa et Fleury Di Nallo. Le match, pauvre en occasions, mais globalement dominé par les Bretons, bascule peu après l’heure de jeu. Déséquilibré dans la surface, le Rennais André Guy obtient un penalty qu’il se charge lui-même de convertir en but. Vainqueur sur la plus petite des marges (1 – 0), le Stade rennais remporte sa seconde Coupe de France en l’espace de six ans  

Le Stade Rennais a retrouvé l’Europe (directement qualifié pour la prochaine campagne de Ligue Europa avec l’OM), de l’ambition, de l’envie et des moyens plus conséquents. Grâce aux recettes de la saison dernière et par le truchement d’un propriétaire parmi les personnalités les plus riches du monde,le Stade Rennais a les reins solides et cette saison 2018-2019, il présente un budget prévisionnel, jamais atteint dans son histoire  

Un budget estimé à 68M€ pour le Stade Rennais en 2018-19